La Roma en patron

Retour sur le choc de la deuxième journée de Serie A entre la Roma et le Juve.

La Roma en patron
Pjianic après son coup franc
AS Roma
2 1
Juventus de Turin
AS Roma: Szczesny; Florenzi, Manolas, De Rossi, Digne; Naingollan, Keita, Pjianic; Flaqué (Ljalic 89), Dzeko (Ibarbo 90), Salah (Iturbe 77)
Juventus de Turin: Buffon; Caceres, Bonucci, Chiellini; Lichsteiner (Pereyra 73), Sturaro, Padoin (Cuadrado 75), Pogba, Evra; Dybala, Mandzukic (Morata 62)
SCORE: 2-1, Pjianic 62, Dzeko 79, Dybala 87
ARBITRE: Evra carton rouge 78

Dans ce match au sommet de la deuxième journée du Calcio, le Champion et son Dauphin s'affrontaient. Quoi de mieux pour démarrer la saison sur les chapeaux de roues. Lorsqu'on pense aux confrontations entre Romain et Turinois la saison dernière, on ne peut qu'être heureux d'avoir aussi tôt ce match dans le calendrier. Mais voilà, cela sonne déjà comme un match qui détermine la saison des deux clubs puisque à la journée précédente, c'est un faux départ des deux côtés. Battu a domicile, ce qui n'était pas arrivé depuis 2 ans en championnat pour la Juve et un match nul pour la Roma, qui semble continuer sur leurs travers de la saison dernière. Mais pas de panique! Chacun peut se rattraper, une victoire et c'est un plein de confiance!

Le Résumé

Dès le début de match, les Romains affichent leurs volontés de mettre leurs empreintes sur la rencontre. Les Turinois commencent la rencontre en mode diesel, mais un diesel quand même bien rouillé. La Roma garde le ballon tout au long de la période, mais avec un petit bémol tout de même, puisque elle n'arrive pas forcement à rentrer dans la surface Piémontaise, malgré une domination technique et territoriale impressionnante. De son côté, la Juve manque clairement de solutions, beaucoup trop de déchets et n'arrive pas à ressortir le ballon correctement. Après 24 minutes de jeu, la première sanction aurait pu tomber mais Pjianic touche le montant de Buffon, qui était battu. Match nul à la pause, assez flatteur pour les Turinois. Au retour des vestiaires, la Juve essaye de mettre plus d'envie et commence à montrer qu'elle veut se ressaisir mais c'était sans compter sur une Roma qui garde le ballon de la meilleure des manières. Le match se joue avec beaucoup de tensions des deux côtés, beaucoup de fautes à répétitions et la sanction vient de Pjianic sur un coup franc bien placé, où Buffon ne peut absolument rien faire (1-0). A partir de la, Allegri décide de changer de dispositif et de repasser en 4-3-1-2, formation qui a fait le succès de son équipe la saison dernière. On sent que la Juve joue beaucoup mieux que lors des 60 premières minutes, mais beaucoup trop d'énervement et de manque de calme inhabituel se font sentir. Evra, auteur de seulement deux fautes, qui lui vaut deux cartons jaunes et une expulsion, laisse son équipe à dix. Mais le pire reste à venir, puisque sur l'action d'après, Dzeko est trouvé dans la surface et reprend de la tête un centre venu de la gauche et selle les espoirs Turinois. Les Hommes d'Allegri réagiront grâce à Dybala qui réduira le score, mais ce sont bien les hommes de Garcia qui on fait une forte impression lors de cette rencontre. Le suspense reste entier puisque Szczesny devra tout de même sortir une parade phénoménale pour garder les trois points, dans les toutes dernières minutes.

Le Jeu

Si les "Roma - Juve" des saisons précédentes ont toujours été des duels impressionnants, ce n'est pas du tout le cas sur ce match. Une différence technique beaucoup trop grande entre les deux équipes s'est fait sentir. La Roma, grâce a un milieu d'exception, a conservé le ballon de forte belle manière, beaucoup d'attaques placées et de combinaisons qui ont mis en difficultés les turinois, avec un Pjianic dans tous les bons coups, un Naingollan qui récupère et va toujours de l'avant et un Keita en 6 défensif qui donne un équilibre parfait. La défense Romaine a bloqué les attaquants adverses de fort belle manière mais ce qui n'était pas si difficile au vu des mauvaises performances Turinoises. Coup de génie de Garcia, De Rossi en défenseur a été monstrueux. Les deux latéraux Florenzi et Falqué ont tout simplement dynamités l'attaque mais sont beaucoup trop latéral et ne crée aucun danger dans l'axe. Le duo de la soirée se nomme, d'ailleurs, Digne et Falqué qui ont mis a mal Lichsteiner tous au long de la première mi-temps. Mais on ne peux pas dire que tout est parfait, puisqu'on voit tout de même que la Roma a toujours de mal à rentrer dans la surface adverses et Dzeko n'a pas pesé assez sur les trois centraux Piémontais et été obligé de décrocher très souvent. Mais il marque le but le plus important, celui qui donne la victoire, ce qu'on demande à un attaquant.
Côté Turinois, beaucoup de chose a dire. Tous d'abord la défense a réussi à tenir la maison malgré cette défaite, Buffon ne peut pas grand chose sur les deux buts et sauve les siens à plusieurs reprises. Mais on voit les lacunes des deux latéraux, si on sait que Evra ne monte plus autant qu'avant, défensivement il été à la rue et Chiellini devait combler les troues laissés par son coéquipier. Lichsteiner lui, ne sait toujours pas faire de bon centre et c'est dommage pour un latéral. Les milieux, vrai force turinoise, n'ont tout simplement pas existé, un Pogba qui prend ses responsabilités de la plus mauvaise des manières, beaucoup d'énervement, sûrement un numéro dix très dure à porter. Sturaro et Padoin nous avait habitué à beaucoup mieux aussi mais ont été transparent, la présence de Marchisio manque réellement à l'équipe. Si on a vu un Dybala demandeur, provocateur et aussi buteur, il a été bien trop seul, et ce n'est pas Mandzukic, complètement bloqué par De Rossi, qui pouvait l'aider. Il a été d'une nonchalance extrême et il nous n'avait pas habitué à cela.
Une Roma calme et sur de son système et de son jeu, a eu raison d'une Juve très énervée et dont on n'a pas encore vu les recrus achetées lors de ce mercato faire des merveilles. Si la Roma doit continuer ainsi, les Turinois devront changer et cela passe par le 4-3-1-2, système le plus efficace pour eux.

Le Joueur

L'Homme du match se nomme Pjianic, on ne le présente plus, il a été buteur, organisateur, dynamiteur, bref... Il a été dans tous les bons coups. Son coup franc est d'une précision à faire pâlir les Tifosi Turinois, rappelant un certain Andrea Pirlo, parti trop tôt, diront certains. Si Pjianic est l'homme de la rencontre, Naingollan et Szczesny sont tout de même pas très loin, tant le Belge a été le "box-to-box" parfait et le Polonais, sauveur de dernière minutes, permetait à son équipe de garder l'avantage. Dans le cas contraire, il y aurait beaucoup de regrets tant la Roma mérite sa victoire.