L'inter gagne le Derby, le Milan peut avoir des regrets

L'Inter gagne le Derby de la Madonnina (1-0), grâce a un but de Guarin et malgré un bon match du Milan.

L'inter gagne le Derby, le Milan peut avoir des regrets
Inter Milan
1 0
Milan Ac
Inter Milan: Handanovic; Santon, Medel, Murillo, Jesus (Telles 68); Guarin, Melo, Kondogbia; Pericic (Ranocchia 85), Icardi, Jovetic (Palacio 72)
Milan Ac: Lopes; Abate, Zapata, Romagnoli, De Sciglio, Kucka (Poli 72), Montolivo, Bonaventura, Honda (Cerci 81), Bacca (Balotelli 61), Adriano
SCORE: 1-0, Guarin 58

Depuis plusieurs saisons, les deux clubs Milanais n'ont plus la même splendeur des grands jours : mauvaise gestion après les départs des cadres, recrutement de joueurs qui n'explosent pas ou encore finance au plus bas. Ce qui donné un semblant d'espoir pour l'une des deux équipes, c'est le Derby, peu importe sa position au classement, un derby, ça se gagne! Mais cette année, la tendance s'inverse, puisque de nouvelles recrues sont arrivés, de nouveaux fonds d'investissements venus d'Asie aussi. Le Milan AC démarre la saison doucement avec une victoire et une défaite sur les deux premières journées, une cohésion d'équipe loin d'être optimale mais qui devrait prendre avec le temps. De son côté, les Interistes sont sur un bilan comptable parfait de six pris sur six possibles, notamment grâce au Monténégrin Jovetic, auteur de buts à la fois tardif, magnifique et important. Voici le troisième épisode de la saison, le Derby della Madonnina.

Le Résumé

Début de match explosif où dès la deuxième minutes, Adriano ouvre les 
hostilités avec un duel face à Handanovic, mais gagné par le Slovène. Sur un nouveau service de Bacca, Adriano est seul face au gardien mais n'enchaine pas assez rapidement et se fait rattraper par Medel. Si les deux équipes utilisent un pressing très haut, les Interistes n'arrivent pas a s'approcher à plus de vingt cinq mètres de la défense adverses, contrairement au Milanais qui se procurent plusieurs occasions franches, dû aux erreurs répétés de Murillo. Mais petit a petit les Nerazzuri ajustent leurs bloc et rééquilibre la partie. En toute fin de première mi temps, Jovetic et Icardi se montre dangereux, une frappe de loin qui passe juste à coté pour le premier et tir parfaitement arrêté par Lopes pour le second. Au retour des vestiaires, ce sont les Rossoneri qui se montrent encore une fois les plus impliqués. Le Milan garde le ballon, met en place de bonnes combinaisons mais ne trouve pas la faille, aux grands bonheur de leurs voisins. Alors que le pressing très haut des Milanais met en grandes difficultés la défense Interiste, elle arrive tous de même a ressortir le ballon et par l'initiative de Guarin, marque un but d'une frappe du gauche entrée de surface. À noté la passivité étrange des Rossoneri sur ce but. À partir de là, on sens que le match peut basculer des deux côtés. Entrée en jeu pour les trente dernières minutes, Balotelli, l'enfant terrible, donne un bon coup de pousse à son équipe en proposant plusieurs bonnes occasions par ses coup de pied arrêtés très intéressant et ses multiples tirs dont une sur le poteau. Met il n'en sera rien, l'Inter gagne le premier derby de la saison, dans la douleur mais la victoire est bien là.

Le Jeu


Le Milan peut s'en mordre les doigts, les joueurs n'ont pas réussi à concrétisé les occasions qui aurait pu finir en but dans les trente premières minutes du match. La défense a été impeccable et a très bien tenu presque tous le match, mais la passivité, très étrange, sur le but de Guarin, servira de leçon sur les prochains matchs. Le milieu de terrain aussi a été a la hauteur des événements, on a retrouvé un Montolivo au plus haut de sa forme après six mois d'arrêt, un Kucka qui a mis a mal les Nerazzuri pendant soixante bonnes minutes et un Bonaventura qui a cherché et trouvé à plusieurs reprises ses attaquants. Côté attaque, Bacca est la seul vrai satisfaction, toujours généreux que cela soit dans l'effort ou dans la passe. Mais Luis Adriano a loupé beaucoup trop de face à face et c'est pas Shevchenko, présent en tribune qui dira le contraire. Quand à Honda, il aura été très généreux lui aussi mais beaucoup trop de déchets techniques et imperfections. Mention spéciale tous de même à Super Mario, qui aura apporté beaucoup de bonnes choses, mais on regrette de ne pas l'avoir vu associé à Bacca, surement la clé du match.
Les interistes eux, se sont battus avec leurs armes. Si Jovetic a joué un rôle important dans la créativité, il n'a pas été aidé par Icardi, trop peu en vu ce soir. Le milieu Guarin - Kondogbia - Melo a donné beaucoup d'impact physique et a offert une belle bataille au milieu de terrain. Côté défense, c'est très moyen en revanche : Si on ne doute pas de la combativité de Medel, il n'a pas été aidé par Murillo qui est passer a travers de sa première mi temps. Heureusement, la muraille Handanovic est là, hauteur d'une bonne performance.


Le Joueur


Le joueur de la rencontre se nomme Montolivo. Si Guarin mérite sa place pour son but victorieux, comment ne pas mettre l'Italien en avant après son très bon match, dans un rôle de regista qui aura mené à la perfection, et tout ça, après six mois d'arrêt sur blessure. Il n'est pas facile de revenir surtout quand il remplace De Jong, qui tenait l'équipe d'une main de fer pendant son absence. Rien que pour cela, c'est un grand bravo pour lui.