Dortmund douche l’Emirates

Un but en fin de match de Robert Lewandowski a permis à Dortmund de s’imposer sur la pelouse d’Arsenal (1-2) ce mardi dans le choc du groupe F de la Ligue des Champions. Trois équipes se retrouvent ainsi à six points à mi-parcours dans cette « poule de la mort ».

Dortmund douche l’Emirates
Arsenal
1 2
Borussia Dortmund
Arsenal: Szczesny - Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs - Arteta (c), Ramsey (Bendtner, 87e) - Wilshere (Cazorla, 58e), Özil, Rosicky (Gnabry, 89e) - Giroud
Borussia Dortmund: Weidenfeller (c) - Grosskreutz, Subotic, Hummels, Schmelzer - S.Bender, Sahin, Blaszczykowski (Aubameyang, 67e), Mkhitarian (Hofmann, 67e), Reus (Sokratis, 87e) - Lewandowski
SCORE: 0-1, Mkhitarian (16e) 1-1, Giroud (41e) 1-2, Lewandowski (82e)
ARBITRE: M. Jonas Eriksson

Alors que Naples s’est imposé sur la pelouse de Marseille (1-2), le Borussia Dortmund a réalisé la belle opération de la soirée, en allant battre chez lui le leader le Premier League, Arsenal sur le même score (1-2). Une victoire arrachée au courage, grâce à un but en fin de match de Robert Lewandowski, sur une contre-attaque éclaire (1-2, 82e). Ce succès permet aux hommes de Jürgen Klopp de revenir à hauteur de sa victime du soir, et de se retrouver dans le même temps en tête en compagnie également du Napoli. A mi-parcours, tout est encore possible dans cette « poule de la mort », avec un duel à trois pour la qualification en huitième de finale.

Giroud répond à Mikhitaryan

C’est donc le Borussia qui est parvenu à enrayer la belle machine londonienne (onze victoires et un nul sur les douze derniers matchs). Grâce à un bloc positionné très haut dès l’entame. Cela permet des récupérations hautes, comme sur l’ouverture du score : Ramsey est en effet dépossédé du ballon devant sa surface, permettant à Lewandowski de servir Mikhitaryan. Le néo-dormunder ne se fait pas prier et ouvre le score (0-1, 16e). Une ouverture du score logique, tant les Gunners ont paru amorphes en première période. Heureusement pour les hommes d’Arsène Wenger, une faute de main de Weidenfeller va permettre à Giroud, le plus combattif des londoniens, d’égaliser de manière inespéré juste avant la pause (1-1, 42e). Et de redonner espoir au public de l’Emirates.

Un succès logique

La suite, on la connaît. Le Borussia va arracher son succès dans les derniers moments de la partie. Paradoxalement, cette troisième réalisation du Polonais cette saison en Ligue des Champions intervient dans la période forte d’Arsenal, qui poussait en fin de match afin d’arracher un succès précieux dans la course à la qualification. Avec en point d’orgue, cette superbe accélération londonienne, conclue par une frappe puissante de Santi Cazorla stoppée par l’arrête de Weidenfeller. Mais le contre rapide borussmen aura eu raison d’une timide formation des Gunners. Et c’est d’une logique implacable.