Juventus - Real Madrid, un nul de patron

La Juventus Stadium accueillait hier une rencontre de prestige opposant sa vieille dame, la Juventus, au Real Madrid. Vacillants en championnat mais étincelants en coupe d’Europe, le club espagnol comme son adversaire d’un soir ont su se montrer au niveau de l’affiche. Un match nul, que par le score, et intense que ne nous offrira pas de vainqueur, 2-2.

La Juventus Stadium accueillait hier une rencontre de prestige opposant sa vieille dame, la Juventus, au Real Madrid. Vacillant en championnat mais étincelant en coupe d’Europe, le club espagnol a su se montrer, comme son adversaire d’un soir au niveau de l’affiche. Un match nul, que par le score, et intense que ne nous offrira pas de vainqueur, 2-2.

Bien plus entreprenants que les merengues du Real, les Bianconeris de la Juve ont dominé une première période animée, notamment par la fougue d’un Arturo Vidal des grands soirs. Poumon de son équipe, le Chilien ne s’est pas reposé une seconde hier, taclant à tout va, toujours à juste titre, omniprésent et simplement brillant, l’un des grands absents de la liste des 23 nominés pour le Ballon d’or sera justement récompensé à la 40ème minute. Après que le duel franco-français entre Varane et Pogba ait abouti à une faute du défenseur madrilène provoquant un pénalty. En manque d’expérience européenne, l’ancien lensois a été submergé par sa naïveté au moment de tacler son adversaire. Vidal s’élance et comme presque à chaque fois, conclu. C’est sur ce score de 1-0 que les étoiles du football européen prennent quinze minutes de repos. Une première mi-temps qui se traduit par la domination italienne, concrétisée par Vidal, l’artiste.

15 minutes et un réajustement tactique plus tard, le Real Madrid reprend place sur le pré. Carlo Ancelotti décide de faire monter ses trois milieux d’un cran et les effets sont immédiats. Après seulement cinq minutes de jeu, un bon pressing permet à Karim Benzema de servir un Cristiano Ronaldo qui ne ratera pas l’occasion de faire taire un Juventus Stadium occupé à le siffler depuis le coup d’envoi. 1-1. À l’heure de jeu, Marcelo offre à Bale l’occasion de faire de même, 2-1. Les choix d’Ancelotti s’avèrent payants et lui redonne la crédibilité que sa troisième place en championnat avait fait vaciller. Piqué au vif et pressés par une situation comptable indigne du club transalpin, les joueurs du Piémont mettront cinq petites minutes a réagir. Llorente, bien servi par Caceres, remet les deux équipes à égalité profitant de la naïveté, encore, d’un Varane qui paye son manque d’expérience.

Dominé et mené en première mi-temps, le Real Madrid a su réagir et se retrouve à quelques minutes d’un huitième de finale, notamment grâce à un Modric inspiré qui semblait être le seul à pouvoir se mettre au niveau de Vidal et de sa prestation fantastique. Seuls Copenhague et Galatasaray peuvent rattraper la maison blanche mais les deux clubs ont respectivement pris 4-0 et 6-1 lors de la phase allée des matchs de groupe. La Juventus se retrouve en revanche dans une situation nettement plus compliquée. Derniers de leur groupe, les joueurs de la Vecchia Signora doivent se reprendre pour éviter une déception européenne qui ferait une tâche difficile à effacer sur le bilan de la saison turinoise. Lors de ce Juventus – Real Madrid, les bianconeris ont tout de même prouvé qu’ils pouvaient tenir tête à l’un des favoris au sacre final.

Par P-N.B*

Concernant ces publicités