Le Real assure, Ronaldo rumine

Les madrilènes se sont imposés sur le plus petit des scores (1-0). Les reds ont été dominés de la tête et des épaules et peuvent remercier Simon Mignolet, qui a fait durer le suspens de ce match.

Le Real assure, Ronaldo rumine
Source photo: bonushomme.com
Real Madrid
1 0
Liverpool

Au vu du score le match paraît serré. Mais ce sont bien les hommes de Carlo Ancelotti qui ont eu la main mise sur ce match. Les stats parlent d'elles-même, 28 tirs contre seulement 4 pour les anglais. Cette victoire permet au Real de se qualifier pour les 1/8e de finale.

Le match (Real 1-0 Liverpool)

Cette rencontre opposait 2 équipes dont la saison est diamétralement opposée: d'un côté un Real en pleine bourre, en tête de son championnat et qui affole les compteurs avec plus de 50 buts marqués, dont 22 pour le seul Cristiano Ronaldo. A lui seul, il dépasse le total de buts des reds (19), classés seulement 7ème en Premier League. Le Real, dominateur d'entrée, va buter sur un mur. Ce mur se nomme Simon Mignolet. Homme du match du côté de Liverpool, le portier commence par fermer sa cage d'un superbe arrêt main opposée sur une frappe de James Rodriguez à l'entrée de la surface (3e). Suite à un mauvais contrôle de Skrtel, Benzema chipe la balle au slovaque avant de la donner à Ronaldo qui échoue une première fois sur Mignolet (10e). Un premier quart d'heure complètement à l'avantage des madrilènes. Un pressing impressionnant qui permet aux espagnols de vite s'installer dans la partie de terrain des reds pour finir par les étouffer. Une récupération de balle de plus en plus haute, minute après minute.

Alors que les yeux sont braqués sur Ronaldo et son éventuel 71ème but en ligue des champions, c'est Karim Benzema qui ouvre le score, après un magnifique jeu en triangle Isco - Ronaldo - Marcelo. Ce dernier adresse un centre au deuxième poteau parfait pour le français qui n'a plus qu'à conclure. Un véritable but de renard de surface. Les reds, inoffensifs en première mi-temps, peuvent s'en prendre à Raphaël Varane. Impérial dans chacun de ses duels, le français n'a laissé aucune chance aux attaquants anglais. Le premier tir du match pour Liverpool n'intervient qu'à la 56ème minute par l'oeuvre de Moreno. Pas assez pour inquiéter l'ogre madrilène. De son côté, Ronaldo voit encore Mignolet se dresser sur sa route (49e, 67e, 72e). Même lorsqu'il est battu, Mignolet est suppléé par sa transversale (frappe de Bale, 71e). Au bout de 70 minutes, les reds sont toujours dans le match, contre toute attente. Brendan Rodgers tente alors un coup en faisant rentrer Gerrard, Sterling et Coutinho. Mas cela ne change rien, le Real finit avec 28 tirs contre 4 petits pour un Liverpool, désormais à 3 points du deuxième du groupe Bâle.

L'homme du match: Karim Benzema 

Incontournable depuis le début de saison, Karim Benzema a joué un rôle prépondérant dans ce match. Libre dans son placement, l'ancien lyonnais a débloqué la situation en première période sur un but plein de sang-froid. Omniprésent et altruiste, il n'hésite pas à laisser les devants de la scène à Ronaldo pour s'effacer, cherchant souvent le portugais dans l'espoir de le voir marquer son 71ème but. Sorti à la 87e, c'est une ovation qui accompagne le français, qui peut être satisfait de sa prestation.

Liverpool : Priorité au championnat ?

Pas moins de 5 titulaires habituels étaient laissés sur le banc par Brendan Rodgers. Gerrard, Coutinho, Sterling ou encore Balotelli.  Un sentiment d'abus d'impuissance ? A croire que c'est une équipe sans ambition qui se déplaçait ce soir au stade Santiago Bernabeù. Ce choix très surprenant ne peut laisser que des regrets au principal intéressé, son équipe étant toujours dans le match au bout de 70 minutes, même amputée de ses cadres! Brendan Rodgers s'imaginait sûrement une soirée plus difficile que celle qu'il a passé…

Ronaldo devra patienter

Le record, ce n'est pas pour ce soir. Ronaldo a tout tenté, mais a finit écoeuré par le gardien adverse. Plus les minutes passent, et plus l'agacement paraît sur son visage. Malgré l'aide de ses co-équipiers, l'atout numéro un du Real devra repasser pour égaler l'ex-merengue Raul, dont le record ne tient plus qu'à un fil.