Champions League : Paris remporte le premier acte face à Chelsea

Au terme d’un match intense et riche en émotions, le club de la capitale s’est imposé hier face à une équipe de Chelsea accrocheuse qui semble avoir retrouvé des couleurs (2-1). Ibrahimovic puis Cavani ont inscrit les buts parisiens et laissent entrevoir une qualification en quarts de finale de la compétition européenne qu’il faudra toutefois arracher lors du match retour à Stamford Bridge le 9 mars prochain.

Champions League : Paris remporte le premier acte face à Chelsea
Cavani a redonné l'avantage aux Parisiens en trompant un Courtois jusque-là impérial (photo : psg.fr)
Paris SG
2 1
Chelsea FC
Paris SG: TRAPP - MAXWELL, DAVID LUIZ, THIAGO SILVA, MARQUINHOS - MOTTA, MATUIDI (PASTORE, 80E), VERRATTI (RABIOT, 80E) - LUCAS (CAVANI, 73E), DI MARIA, IBRAHIMOVIC.
Chelsea FC: COURTOIS - BABA, CAHILL, IVANOVIC, AZPILICUETA - OBI MIKEL, FABREGAS, WILLIAN - HAZARD (OSCAR, 70E), PEDRO, DIEGO COSTA.
SCORE: 1-0, IBRAHIMOVIC(39E), 1-1, OBI MIKEL (45+1E), 2-1, CAVANI (78E).
ARBITRE: M. VELASCO CARBALLO. AVERTISSEMENTS. PARIS SG : IBRAHIMOVIC (19E), LUCAS (70E). CHELSEA FC : OBI MIKEL (38E), PEDRO (67E)..
ÈVÉNEMENTS: LIGUE DES CHAMPIONS - HUITIEME DE FINALE ALLER - PARIS SAINT-GERMAIN / CHELSEA FC - PARC DES PRINCES.

Les retrouvailles tant attendues entre le Paris Saint-Germain et Chelsea n’ont pas manqué d’être explosives, mais surtout passionnantes. En effet, les deux formations se sont livrées une bataille des plus haletante sur la magnifique pelouse du Parc des Princes dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue des Champions. Une rencontre d’envergure donc pour les hommes de Laurent Blanc qui peuvent véritablement entamer leur campagne européenne cette saison et jauger leur capacité à pouvoir atteindre ou non l’objectif fixé par les hautes instances du club, à savoir remporter le précieux graal qu’est la coupe aux grandes oreilles.

Un PSG en demi-teinte en première période


Quelques instants seulement après le coup d’envoi de la rencontre donné par M. Velasco Carballo, l’équipe parisienne décide de s’octroyer le ballon et de se projeter systématiquement vers la moitié de terrain adverse de façon à mettre aussitôt la pression sur le but des Blues. La maîtrise et la fluidité dans le jeu des Parisiens permettent à ces derniers de malmener une formation de Chelsea déjà en souffrance. Di Maria et Lucas mettent également à profit leur explosivité et leur vivacité au service du collectif parisien en créant de nombreuses brèches et opportunités de buts. Le Brésilien, préféré à Cavani au poste d’ailier droit, est d’ailleurs le premier à tenter sa chance devant le but de Thibaut Courtois, sur une frappe puissante à l’entrée de la surface qui passe légèrement à gauche du cadre (5'). Quelques minutes plus tard, c’est au tour d’Ibrahimovic de voir sa tentative sur coup franc effleurer la lucarne gauche du gardien belge de Chelsea (11').
Cependant, malgré leur créativité et l’autorité dont ils font preuve sur le terrain, les hommes de Laurent Blanc manquent de justesse technique dans la finition et peinent à trouver la faille dans cette solide défense londonienne. Et c’est bien cette incapacité des Parisiens à se mettre à l’abri dans leurs temps forts qui laisse la possibilité aux joueurs de Guus Hiddink d’exister dans cette opposition. Sans l’incroyable arrêt de Kevin Trapp qui, sur une tête à bout portant de Diego Costa repousse le ballon sur sa barre transversale, Paris aurait été lourdement sanctionné par son manque d’efficacité offensive. Mais heureusement pour le club de la capitale, Zlatan Ibrahimovic a démontré qu’il reste un grand attaquant capable de briller dans les grands rendez-vous européens. Car c’est bien le géant suédois qui ouvre la marque pour le Paris Saint-Germain, sur un coup franc plein axe à l’entrée de la surface de réparation londonienne. Légèrement dévié par le mur adverse, le ballon prend à contre-pied Courtois pour finalement terminer sa course au fond des filets (39').

Si l’ouverture du score conforte un peu plus le PSG dans cette double confrontation, elle ne va pas anéantir pour autant la détermination de Chelsea. Car les Blues sont directement à la réaction et cherchent par tous les moyens possibles d’arracher l’égalisation. Une ténacité qui s’avère payante puisque c’est juste avant la mi-temps et sur un cafouillage dans la défense parisienne que John Obi Mikel marque et relance totalement les Blues dans la course à la qualification (45+1').

Courtois écoeure Paris jusqu'au but salvateur de Cavani

Au retour des vestiaires, les Parisiens semblent avoir la ferme intention de démontrer leur supériorité et enfin asséner le coup de grâce à cette équipe de Chelsea retranchée dans sa moitié de terrain et désireuse de procéder en contre-attaque. Laurent Blanc a vraisemblablement su trouver les paroles justes pour remobiliser ses joueurs puisque c’est un véritable siège du camp adverse que les Parisiens entreprennent. Longtemps incertain de tenir sa place de titulaire car jugé en manque de rythme, Marco Verratti a livré comme à son habitude une prestation de grande qualité. Le jeune international italien est capable d’apporter davantage de maîtrise et de conservation dans le jeu parisien, permettant une meilleure animation offensive. Mais même si les occasions s’empilent du côté du PSG, impossible pour les joueurs de Laurent Blanc de faire une nouvelle fois sauter le verrou des Blues, la faute à un Thibaut Courtois de gala. Irréprochable sur chacune de ses interventions, le portier belge de 23 ans a en effet multiplié les arrêts de grande classe face à Di Maria (51'), Ibrahimovic (52'), Lucas (60') ou encore Matuidi (64').
Désabusés voire même fatalistes, les Parisiens gardent toutefois confiance et sont enfin récompensés de leurs efforts sur un but plein de dextérité d’Edinson Cavani. Longtemps pris en grippe par le public du Parc des Princes pour ses prestations mitigées, l’attaquant uruguayen marque en effet le but de la victoire d’une subtile frappe croisée venue tromper Courtois pour la deuxième fois (78').

Cette victoire laborieuse mais méritée du Paris Saint-Germain a eu pour mérite de combler Laurent Blanc, fier d’avoir vu ses joueurs s’imposer "face à une équipe de Chelsea disciplinée, qui défend bien et qui se montre particulièrement dangereuse en contre-attaque avec des joueurs incroyablement rapides". Seul véritable regret pour les Parisiens dans cette soirée de Ligue de Champions, ce but encaissé juste avant la mi-temps qui donne l’opportunité aux Blues de continuer à espérer une qualification en quarts de finale. Réponse le 9 mars prochain à Stamford Bridge à l’issue du match retour qui s’annonce déjà dantesque.