Quand la grâce a touché la Juve et Mandzukic

A défaut d’avoir remporté la Ligue des Champions, la Juventus pourra toujours avoir une bien maigre consolation. Si le score final (4-1 en faveur du Real Madrid) est terrible, ce petit but finalement inutile va rester dans toutes les mémoires, et se place comme l’un des plus beaux buts de l’histoire de la compétition. Décryptage.

Quand la grâce a touché la Juve et Mandzukic
Mandzukic s'élance pour l'histoire (Twitter @Footballogue)

Ce samedi soir, Zinédine Zidane était sur le banc, aux premières loges pour assister au but fabuleux inscrit par la Juventus et Mario Mandzukic, à la 27e minute de jeu. Pendant que le coach français cherchait des solutions pour contrecarrer les plans d’une Vieille Dame bien en jambe, les réseaux sociaux étaient eux le terrain de jeu des internautes avec une grande question : Ce but est-il plus beau encore que la mythique reprise de volée inscrite par Zizou en 2002 ? Oui ? Non ? Chacun décide, d’autres préféreront peut-être même le lob fabuleux de Savicevic en 1994. En tout cas, nous on a décidé de s’attarder sur le chef d’œuvre bianconeri, car il y a beaucoup à dire.

De la spontanéité, de la vitesse, de la technique, une acrobatie : que demander de plus ?

On remet rapidement l’action dans le contexte. Nous abordons la 27e minute de jeu, et le Real Madrid mène au score 1-0 suite à un but inscrit par Cristiano Ronaldo, au terme d’une action très sympathique. La Juve prend un coup sur le crâne, mais continue de jouer son jeu. Le Real s’est lui recroquevillé sur lui-même et forme un bloc hermétique puisque le joueur le plus haut traîne à 35-40 mètres de son propre but. Tout d’abord, on essaye de passer sur le côté gauche, mais voyant le bloc adverse coulisser comme il faut, Khedira repasse par derrière. Le ballon va alors arriver dans les pieds de Leonardo Bonucci. La qualité de relance du défenseur italien n’est plus à prouver, mais il va encore en faire une démonstration.

N’étant pas attaqué, il progresse doucement avec le ballon avant de déclencher une superbe ouverture à 40 mètres du but adverse. Son ballon est parfait, et arrive directement sur Alex Sandro à la gauche de la surface de réparation. L’ancien joueur de Porto est passé dans le dos de ses adversaires, et au lieu de jouer la sécurité en contrôlant, il va remiser spontanément en une touche ce ballon en plein cœur de la surface. Higuain est à la réception, au milieu de deux défenseurs madrilènes, il contrôle alors de la poitrine avant de remettre directement du pointu le cuir sur Mandzukic. Là encore, le Croate contrôle de la poitrine, mais se met dos au but. Sans aucune hésitation, et malgré la présence de deux adversaires sur son dos, il déclenche un retourné acrobatique phénoménal qui vient se loger sous la transversale de Navas. Le Real est impuissant, les amateurs de football sont eux en extase devant une telle action, et une telle finition.

Un but magistral, mais non décisif

Du début à la fin de cette action, tout est parfait. La qualité technique de chaque geste est parfaite, l’intelligence de jeu n’est pas à remettre en doute pour les quatre joueurs impliqués (Bonucci, Sandro, Higuain, Mandzukic), et la finition acrobatique est la grosse cerise sur le gâteau. Tout dans ce but était réuni pour faire lever les fans de la Juve, mais aussi les fans de football neutres pendant cette partie.

Au final, l’attaquant croate et ses partenaires auront connu un bonheur éphémère qui fut vite refroidi par l’efficacité adverse. Ainsi, au contraire de Zidane en 2002, ou Savicevic en 1994, ce but ne permet pas à celui qui l’a inscrit de soulever la coupe aux grandes oreilles. Forcément, cela compte beaucoup. Et malgré le chef d’œuvre que cela est au niveau esthétique, difficile donc de le placer au sommet. En revanche, pour le trophée Puskas du plus beau but de l’année, on tient là un sérieux concurrent. On essaye de se consoler comme on peut par défaut.