La Fiorentina marche sur la Roma et s'envole en quart de finale

Après un match aller serré à Florence la semaine dernière, la Roma et la Fiorentina se retrouvaient au Stadio Olimpico ce jeudi pour le dénouement final. Il y aura eu peu de suspens.

La Fiorentina marche sur la Roma et s'envole en quart de finale
AS Roma
0 3
ACF Fiorentina
AS Roma: Skorupski; Torosidis (Iturbe, min. 27), Manolas, Mapou (Astori, min. 58), Cholevas; Keita (Verde, min. 44), De Rossi, Pjanic; Florenzi, Gervinho, Ljajic.
ACF Fiorentina: Neto; Savic (Tomovic, min. 41), Rodriguez, Basanta; Joaquin, Mati Fernandez, Badelj, Borja Valero (Aquilani, min. 79), Alonso; Babacar (Vargas, min. 63), Salah.
SCORE: 0-1, min.8, G. Rodriguez. 0-2, min. 18, M. Alonso. 0-3, min. 21, Basanta.
ARBITRE: Cüneyt Çakır (TUR)
ÈVÉNEMENTS: UEFA Europa League - Huitièmes de finale. Stade olympique de Rome.

Pour ce match retour, les deux entraîneurs avaient choisi des formations plutôt types. La compétition s'intensifie, l'heure n'est plus à la rotation de son effectif surtout dans un match décisif face à un ennemi du même pays. C'est donc avec une formation de titulaires si l'on excepte Skorupski, ce qui est habituel, que la Roma recevait la Fiorentina qui retrouvait son 3-5-2 pour l'occasion. Babacar aligné d'entrée, enfin remis de blessure avec Salah à ses côtés. Le score de 1-1 au match aller ne va pas brider les acteurs dans les premières minutes, loin de là.

Le coup d’envoi donné, pas de round d’observation. Les équipes se connaissent et c’est déjà la cinquième opposition entre ces deux équipes cette saison (2 nul – 1 victoire chacune). Alors que Ljajic et Salah provoquent les premiers tirs du match, le premier coup de théâtre de la partie interviendra à la 6e minute de jeu. Interception irrégulière de Holebas sur Mati dans la surface de réparation et penalty, logique. Pour le tirer, Gonzalo Rodriguez s’avance et devra s’y reprendre à deux fois après intervention de l’arbitre. Les filets trembleront à deux reprises, ouverture du score du défenseur Argentin, 0-1. La Louve est sonnée d’entrée de jeu et rien ne va s’arranger. Erreur incroyable de Skorupski qui ne veut pas laisser le ballon sortir et qui le remet en jeu n’importe comment, Marcos Alonso sent bien le coup et s’en va breaker dans une cage désespérément vide. Pour parachever ce début de match rocambolesque, le 0-3 sera à la 21e minute. Coup de tête de Basanta sur corner, le défenseur qui était monté se trouve étrangement seul et n’a aucun mal à battre le gardien Giallorosso. La Louve est au fond du trou, les tifosi de la Curva Sud s’en vont pour démontrer leur mécontentement, image forte.

Condamné à l’exploit, Garcia fait entrer Iturbe à la place de Torosidis, en catastrophe. Les locaux poussent enfin et tentent de faire des différences mais la défense Viola est en place et Neto confirme sa grande forme, lui qui était devenu numéro 2 derrière Tatarusanu, après avoir refusé de prolonger son contrat avec Florence en début d’année civile. La Roma ne parviendra pas à réduire l’écart avant la mi-temps et verra même Seydou Keita sortir sur blessure, le jeune Verde le remplace (44e).

Pas de changements au retour des vestiaires mais de nouveaux frissons pour les hommes de la capitale. Mohamed Salah s’infiltre dans les lignes ennemies sans trembler et trouve la barre transversale, intense soulagement pour Skorupski. Une seconde période relativement calme dans l’ensemble, la Fiorentina a fait le boulot, gère pour éviter avertissements et blessures et la Roma tente bien que mal, pour remettre du rythme, en vain. Sans grande surprise, la seule satisfaction sera peut-être Florenzi qui aura fait de son mieux, en ballottage constant dans le couloir droit, toujours le glaive entre les dents. Les montants Romains trembleront encore une fois suite à un nouveau raid de Salah, qui verra sa frappe mourir sur le poteau, toujours 0-3.

Montella fait tourner en attendant le coup de sifflet final, l’élégant Mister assistera même à l’expulsion d’un ancien de la Fio, Adem Ljajic. Second avertissement de la rencontre, la Roma à 10 à la 88e. Pour peu de temps heureusement puisque l’arbitre turc ne prolongera pas plus longtemps le supplice, quelques secondes de temps additionnel et puis s’en va. L’AS Roma termine ici son parcours européen, assez peu glorieux au final, surtout marqué par l’humiliation du Bayern lors du précédent automne. Rudi Garcia plus que jamais menacé aujourd'hui. Les Toscans s’imposent comme des grands et se prépare à une fin de saison assez palpitante. Championnat serré, Coupe d’Italie et Europa League, la Fiorentina, belle et solide, est prête pour un printemps de feu.