Charlie Hebdo : la sombre affaire se poursuit

Suite au terrible attentat survenu au siège parisien de Charlie Hebdo, les suspects ont été identifiés en fin de soirée et activement recherchés. Par ailleurs, les réactions citoyennes sont multiples et se propagent dans le pays à l’encontre de la communauté musulmane depuis hier soir.

Charlie Hebdo : la sombre affaire se poursuit
Noms des victimes de l'attentat des locaux de Charlie Hebdo.

Trois individus sont suspectés d’avoir commis cette attaque : deux frères de 32 et 34 ans, Chérif et Said Kouachi et Mourad Hamyd, âgé de 18 ans. Une opération menée par le RAID dans la nuit à Reims dans le quartier de la Croix-Rouge a été engagée, une vingtaine d’hommes lourdement armés ont pénétré dans un immeuble du quartier. La police scientifique s’est également rendue sur les lieux pour procéder à des fouilles et effectuer des relevés.

Cette intervention a été très controversée et critiquée tant par certains médias que les habitants. En effet, aucun périmètre de  sécurité n’a été mis en place, les riverains étaient ainsi au plus proche de l’intervention, et le pire aurait pu se produire en cas de fusillade. Des questions sur un éventuel brouillage de piste de la part de l’unité spécialisée de police se sont alors posées, mais aucune réponse concrète n’a été apportée.

Le plus jeune s’est en revanche rendu à la police tandis que les deux autres sont toujours en fuite. Sept individus ont été placés en garde à vue tard mercredi soir dans le cadre de l’enquête, puisqu’ils étaient proches des suspects. De nombreuses perquisitions ont eu lieu, également à Strasbourg.

Parallèlement, de vives manifestations de colère sont apparues dans beaucoup de villes de France. Dans l’Aude, à Port-la-Nouvelle, de nouveaux coups de feu ont retenti vers 20 heures, cette fois en direction d’une salle de prière, aucun blessé n’est signalé. Dans un même temps, une voiture appartenant à une famille de confession musulmane a été la cible de tirs dans le Vaucluse, à Caromb. Aucun blessé de déclaré, la brigade de recherche de Carpentras est en charge de l’affaire. Dès ce matin 6 heures, une explosion d’origine criminelle s’est produite devant un Kebab à proximité de la mosquée de Villefranche.

Aucune victime non plus, mais les représailles sont lourdes et ne semblent être que le début d’une longue série de violences. Plus tard, une fusillade a éclaté au sud de la capitale, deux policiers ont été touchés et le tireur aurait pris la fuite en métro. Dans la matinée, selon RTL, nous apprenons qu’il semble être d’origine africaine, ce qui effacerait son lien avec l’attentat, où les suspects sont maghrébins. La piste d’un terroriste reste cependant écartée, les enquêteurs privilégient la thèse d’un « barjot ». Quelques instants après cela, un individu vêtu d’un gilet part-balle a été arrêté dans le métro de Montrouge, bien qu’un éventuel lien avec l’attentat reste à ​confirmer.

Sur les réseaux sociaux, la page de Génération Identitaire de Lyon met en avant des tags ayant été faits dans la ville durant la nuit, « Islam hors d’Europe » principalement.

D’autre part Anonymous, célèbres pour leurs piratages notamment, ont annoncé dans la journée qu’ils allaient venger à leur manière ces barbares.

Bien plus que le milieu journalistique, c’est à ce jour le monde entier qui est atteint.