Terrorisme : retour sur les faits marquants de la journée de vendredi

La fin de semaine fut mouvementée en France suite au terrible attentat conduit en région parisienne à l’encontre de Charlie Hebdo. Mais c’est événement n’est en réalité que le début d’une série de faits plus ou moins marquants partout en France.

Terrorisme : retour sur les faits marquants de la journée de vendredi
Montpellier, Rue de la Loge. Twitter :[email protected]_.

La journée de vendredi 9 janvier a été particulièrement mouvementée. D’un côté les terroristes ont été exécutés, mais d’autre part les alertes ou actes d’origine terroriste survenus dans le pays sont à peine dénombrables. 

Parlons dans un premier temps des actes confirmés : 

- Un groupe islamiste se représentant comme la « cyber-résistance tunisienne » est à l’origine du piratage du site de la ville de Sainte-Marie-aux-Chênes, en Moselle. 

- De même pour le Mémorial de Caen, conduisant à rendre ce dernier inaccessible, ce qui serait également le cas de plusieurs sites de communes bretonnes. Leur revendication est claire, et confirme les paroles du djihadiste français menaçant le pays de venger les victimes irakiennes ou syriennes (Cf. article menace terroriste en France) : venger les morts, tunisiens cette fois. (source : France 3 régions). 

- Par la suite, la ville de Nîmes, dans le sud-est de la France a également connu sa période de règne noir : un policier et la cible d’un automobiliste qui lui fonce dessus à bord de son Audi A3, en tirant. (source : Midi Libre). 

- Sans doute le phénomène le plus préoccupant de ce vendredi après-midi reste la prise d'otage de deux femmes dans une bijouterie de Montpellier. Des négociations étaient en cours depuis la fin d'après-midi. Le ravisseur s'est rendu en pleine nuit et les deux otages ont été libérés. (sources : Midi Libre et 20 minutes). 

- A nouveau un piratage apparait en fin d’après-midi, cette fois la cible étant le Palais des Papes d’Avignon. Dans un contexte similaire à celui du Mémorial de Caen, la Tunisian Fallaga Team revendiquant un message religieux au nom d’Allah a conduit à une fermeture temporaire du site. (source : La Provence). 

- A Lyon, 4 arrestations ont eu lieu pour « apologie d’acte de terrorisme » après avoir violemment insulté les forces de l’ordre ou les secours, entre mercredi et vendredi soir. (source : Le Progrès). 

En ce qui concerne les fausses alertes de colis piégés ou de bombes dans le pays, voici un résumé des principaux heurts : 

- Des étudiants du campus de l’Université Professionnelle Internationale, située près de l’arrêt de métro Gorge de Loup confient que le campus a été évacué suite à une alerte à la bombe près d’une banque voisine, et le métro bloqué pour une certaine durée.

- A Saint-Étienne, un colis suspect a également été repéré, conduisant à une alerte à la bombe déclenchée dans la gare, entrainant un blocage du quartier pour deux heures. Il s’avérait en réalité d’une fausse alerte. (source : 20 minutes).

- De même à Dijon (source : GazetteInfo), et Lens, où deux colis ont été signalés, respectivement dans une rame de tramway et devant une école. Le sac poubelle suspect placé devant l’école a livré ses entrailles suite à une intervention des démineurs et il s’est avéré qu’il n’y avait que des ordures. (source : la voix du nord).

En définitive, les péripéties liées au drame survenu mercredi dans les locaux de Charlie Hebdo ont mit fin à un chapitre, et bien que la page soit difficile à tourner, les événements risquent de s’accroître dangereusement. Pour illustrer cela, je vous invite à lire cet article de nos confrères d’Atlantico : http://www.atlantico.fr/decryptage/al-qaida-trois-prochaines-cibles-organisation-terroriste-en-france-samuel-laurent-al-qaida-en-france-seuil-1563993.html#pddo1UarCWjL5xLd.01