Sebastian Vettel remporte le GP de Bahreïn

A Sakhir, Vettel empoche une deuxième victoire cette saison en devançant les Mercedes de Bottas et Hamilton.

Sebastian Vettel remporte le GP de Bahreïn
Sebastian Vettel célébrant sa joie après sa victoire au GP de Bahreïn(Source Image : durangoherald.com)

"Les pneus sont morts". C'est ce que dira Sebastian Vettel à la radio après avoir passé la ligne. La victoire s'est jouée pour une centaine de mètres. L'allemand prend le plein de points en ce début de saison. Lewis Hamilton prend la troisième place du podium. Le pilote français Pierre Gasly élu pilote de la course. Le Grand Prix a été marqué par le fauchage d'un mécanicien Ferrari par Kimi Raikkonen. Il a été transporté à l'hôpital. 

Les départs de Lewis Hamilton et Kimi Raikkonen réalisent des départs chaotiques mais ce sont les Red Bull qui vont tout perdre. Max Verstappen voulant dépasser le champion du monde britannique crève à l'arrière gauche, suite à un léger contact. Au même moment, Daniel Ricciardo doit garer sa voiture sur le bord de la piste. C'est une perte de puissance pour l'australien. La Virtual Safety Car est sorti, le pilote néerlandais va finalement abandonner trois tours plus tard. L'envol des français a été bon, Pierre Gasly se hisse au quatrième rang, Esteban Ocon est sixième provisoire. Les premiers arrêts aux stands se font dès le 12e tour avec notamment Magnussen, Gasly et Alonso, bien placés derrière les deux écuries intouchables.

Devant les écarts entre les Ferrari et les Mercedes stagnent. Vettel et Raikkonen vont plongés dans les puits quelques tours avant Bottas et Hamilton. Le changement de pneu du finlandais à la Flèche d'argent est un peu long et il perd du temps sur Vettel. Bottas a mis les pneus à bande blanche (medium), pour aller au bout de la course. Mercedes tente la stratégie à un seul arrêt. Peu de changements au classement, Pierre Gasly, Kevin Magnussen et Nico Hülkenberg retrouvent leur place. Ils sont les premiers du reste du peloton. 

A mi-course, Romain Grosjean perd toutes les ailettes sur le côté gauche de sa voiture en pleine ligne droite. Il perd donc beaucoup en aérodynamisme et en stabilité. Dans la lutte pour la 8e place avec Esteban Ocon, il doit renoncer et entre dans les stands. Ferrari décide de faire rentrer Kimi Raikkonen. L'arrêt passe et le finlandais tape la jambe d'un des mécaniciens, qui reste au sol. La lumière verte s'est allumée alors que le mécano est en train de changer la roue. Le banc de commandement crie dans la radio pour que Raikkonen s'arrête. Abandon du pilote de l'écurie de Maranello. Pierre Gasly récupère la quatrième place. 

Les pneus médium de Bottas et Hamilton ne sont pas une franche réussite. Ils ne sont pas aussi durables que prévu et Vettel ne perd pas tellement. Les trois premiers ne réalisent donc qu'un seul arrêt. Dans un même temps, Pierre Gasly tourne aussi rapidement que les hommes de tête. Il se dirige vers son meilleur résultat en carrière. 

Les pneus de Vettel s'effondrent dans les cinq derniers tours, Bottas revient et vient échouer 4 dixièmes de la Ferrari. L'allemand fait donc coup double après sa victoire à Melbourne. L'explosion de joie est pour Toro Rosso. Le français Pierre Gasly termine 4e, meilleur résultat d'une voiture motorisée Honda depuis leur retour en F1. Esteban Ocon prend le dernier point, 10e.