24h du Mans : 56 voitures et du beau monde

Pour son 90ème anniversaire, la classique mancelle promet d’offrir un superbe plateau où quantité rimera avec qualité. Au-delà du sacro-saint duel Audi-Toyota, la course dans les autres catégories vaudra son pesant d’or. Passage en revue des troupes !

24h du Mans : 56 voitures et du beau monde
Un plateau plus étoffé que jamais pour cette édition 2013... (FIA WEC)

Audi et Toyota dos-à-dos

Après le retrait de Peugeot, Audi ne sera pas resté seul très longtemps avec l’arrivée d’un adversaire venu d’Orient : Toyota. Après avoir dominé les R18 e-tron quattro en fin de saison dernière, les Japonais reviennent au Mans avec la ferme intention de l’emporter. Etincelants l’an passé, Nicolas Lapierre, Alex Wurz et Kazuki Nakajima (n°7) feront tout pour ramener le trophée manceau au pays. La seconde Toyota (n°8) sera pilotée par l’équipage Davidson-Sarrazin-Buemi qui est tout aussi ambitieux. Reste à savoir si le rééquilibrage des forces voulu après Spa portera ses fruits pour le team de Pascal Vasselon…  Mais il faudra d’abord affronter un rival allemand qui a affuté ses armes plus que jamais avec trois Audi « hybrides » au départ. L’inséparable trio Fässler-Tréluyer-Lotterer compte bien tenter la passe de trois dans La Sarthe mais il faudra tenir à l’œil Kristensen-McNish-Duval (n°2) et Géné-Jarvis-diGrassi (n°3) qui profiteront du moindre faux pas.

Suite à la débâcle de Pescarolo et aux retraits de JRM et de Oak Racing en LMP1, trois voitures privées sont engagées. Le Rebellion Racing aura de nouveau ses inusables Lola-Toyota confiées aux trios Prost-Jani-Heidfeld (n°12) et Beche-Belicchi-Cheng (n°13) tandis que le Strakka Racing espérera enfin rompre avec la malchance. La HPD ARX-03c anglaise sera aux mains des habituels Watts-Leventis-Kane.

Bataille royale en LMP2

Qui de Morgan, Oreca, Zytek, Lola, Lotus, HPD chez les châssis ou Nissan, Judd, Honda chez les motoristes sortira vainqueur d’un combat qui s’annonce épique en LMP2 ? Oreca et Nissan ont l’avantage du nombre avec respectivement 9 et 16 représentants sur les 22 voitures présentes au départ ! Parmi leurs meilleurs éléments, on retrouve le Pecom Racing, couvert par AF Corse, qui mène au classement WEC dans la catégorie. Le team argentin aura dans ses rangs Luiz Perez-Companc, Pierre Kaffer et surtout, Nicolas 

Minassian. Les Oreca-Nissan noires seront également à surveiller puisque le Delta-adr engage deux voitures. La n°25 sera confiée Graves-Nakano-Hamilton tandis que la n°26 aura à son bord John Martin, Mike Conway et Roman Rusinov, le mécène du team. Merci qui ? Mais les fans n’auront d’yeux que pour l’Alpine A450 n°36 engagée par Signatech. En fait, une Oreca-Nissan rebadgée et peinte en bleue… A bord, un trio composé de Tristan Gommendy, Pierre Ragues et Nelson Panciatici qui est prêt à en découdre avec la concurrence ! Si désistement de dernière minute, Paul-Loup Chatin prendra part à l’épreuve sur une seconde Alpine. Attention également au bolide n°46 du Thiriet by TDS Racing qui n’aura pas à rougir avec Ludovic Badey, Pierre Thiriet et l’ultra-véloce Maxime Martin.

Face à Oreca, Morgan espère se venger de l’an passé où les bolides made by Onroak Automotive étaient en mesure de l’emporter, trahis par leurs mécaniques. Avec trois voitures, Oak Racing est de nouveau le fer de lance des Morgan. Cerise sur le gâteau, l'une d'entre elles sera parée d'une livrée Art Car qui promet de ne pas passer inaperçu ! Les équipages Pla-Heinemeier Hansson-Brundle (n°24) et Baguette-Plowman-Gonzalez (n°35) sont les plus affutés. La n°45, confiée au patron Jacques Nicolet et à des gentlemen drivers, sera là en porteuse d’eau. Le Morand Racing et le team hongkongais KCMG engageront aussi des Morgan. Sublime dans sa livrée noire et bleue ciel, la « Morand » n°43 pourra compter sur Franck Mailleux et Olivier Lombard tandis que la Morgan asiatique sera emmenée par Alexandre Imperatori. Trois châssis Zytek seront au départ. Le Greaves Motorsport aura une connotation très Nissan avec une voiture confiée aux pilotes officiels de la marque, Lucas Ordoñez et Michael Krumm. Ils seront là pour encadrer le jeune Jann Mardenborough, lauréat 2011 de la GT Academy. Tom Kimber-Smith, Eric Lux et le 3ème pilote Caterham Alexander Rossi se partageront la seconde voiture. Le Jota Sport, qui sévit en ELMS, aura son mot à dire avec la Zytek mise à disposition du trio Dolan-Turvey-Luhr. Rien que ça !

Avec la HPD ARX-03b victorieuse en 2012, le Level 5 Motorsports espère jouer les trouble-fêtes. Chez Lotus, avec deux T128 qui ont montré de belles choses à Silverstone et à Spa, le but sera avant tout de terminer. Même constat chez Lola où les bolides de DKR, HVM Status et Gulf Middle East devront d’abord finir l’épreuve.

Cinq marques pour une couronne en GTE-Pro !

Viper revient ! C’est la première chose qu’on se dit quand on voit la liste des engagés en GT. Et le reptile compte mordre comme à la belle époque pour espérer accrocher un podium au Mans. Il faut dire que les GTS-R ont prouvé en ALMS qu’elles pouvaient jouer dans la cour des grands. La n°94 emmenée par Marc Goossens est la mieux placée pour aller titiller Ferrari, Aston Martin et cie. La n°93 de Wittmer-Kendall-Bomarito sera surtout là pour éviter que le serpent ne se morde la queue. En parlant d’Aston Martin, les Anglais sont bien désireux de fêter comme il se doit le centenaire de la marque avec pas moins de trois voitures officielles en GTE-Pro ! Les trois équipages sont aussi impressionnants les uns que les autres avec respectivement Turner-Mücke-Dumbreck (n°97), Makowiecki-Bell-Senna (n°98) et Dalla Lana-Lamy-Auberlen (n°99). Et si 2013 était l’année d’Aston ?

AF Corse défendra une fois de plus les intérêts de Ferrari au Mans. Le traditionnel duo Bruni-Fisichella est reconduit sur la 458 n°51. La n°71 sera emmenée par Olivier Beretta, Toni Vilander et Kamui Kobayashi qui fait ses grands débuts au Mans. Pourvu que la chance soit du côté du Nippon ! Le JMW Motorsport sera là avec une Ferrari chaussée en Dunlop mais il serait étonnant de voir Andrea Bertolini faire jeu égal à lui seul avec AF Corse… A Stuttgart, pas question de chômer en attendant 2014 avec une nouvelle Porsche 911 RSR histoire de fêter dignement le cinquantenaire du légendaire modèle de la marque. Et pour mieux espérer retrouver le chemin du succès, le Porsche AG Team Manthey a fait appel aux trios officiels Lieb-Dumas-Lietz (n°91) et Bergmeister-Pilet-Bernhard (n°92). Du lourd ! Enfin, Corvette Racing revient avec ses C6.R. Avec Garcia-Taylor-Magnussen (n°73) et Gavin-Westbrook-Milner (n°74) de l’autre, les Américains veulent récupérer la couronne qui leur a échappé l’an passé.

Aston Martin et Dempsey en guest stars

Afin de maximiser ses chances de succès en GT, Aston Martin Racing engage également chez les amateurs deux Vantage GTE. La n°95 sera confiée au trio 100% Danois Poulsen-Simonsen-Nygaard. La n°96, quant à elle, aura pour équipage Roald Goethe, Stuart Hall et Jamie Campbell-Walter. Larbre semble le mieux armé pour contrer l’offensive britannique avec deux Corvette C6.R mises entre de bonnes mains. Bornhauser-Canal-Taylor se partageront la n°50 tandis que Dumas-Rodrigues-MacNeil auront à charge la n°70. Stupéfiant à Spa, le 8Star Motorsports de Vincente Potolicchio et sa Ferrari auront probablement voix au chapitre. Rui Aguas et Jason Bright épauleront le patron-pilote. Quatre autres Ferrari 458 seront au départ en GTE-Am. Trois seront sous la bannière AF Corse et confiées à des gentlemen drivers tandis que l’Américain Tracy Krohn roulera avec son propre team. Enfin, Porsche sera représenté par deux teams et quatre 911 GT3 RSR d’ancienne génération. Les Français d’IMSA Performance Matmut seront bien là avec Jean-Karl Vernay, Raymond Narac (n°76) et Wolf Henzler (n°67) en fers de lance. Chez Proton Compétition, Patrick Dempsey risque bien d’éclipser ses petits camarades. Pourtant, avec le trio italien Ried-Roda-Ruberti et Patrick Long qui épaulera le Dr.Mamour, le team allemand méritera le coup d’œil… Prospeed, repêché de dernière minute suite au forfait de la GreenGT H2, sera présent avec une 911 GT3 RSR confiée à Manu Collard, Sébastien Crubilé et François Perrodo.

Rendez-vous à partir de la semaine prochaine pour suivre les essais préliminaires des 24 heures. Et enfin, départ donné samedi 22 juin à 16 heures tapantes pour la plus grande course du monde !