24 heures du Mans H+6 : Audi mène la danse

Au terme du premier quart de course, Audi monopolise le podium provisoire devant les deux Toyota. En revanche, on se tire la bourre dans les autres catégories…

24 heures du Mans H+6 : Audi mène la danse
Audi droit devant ! (ACO)

Audi débarrassé

Même si les Audi s’élançaient en tête, les Toyota n’ont pas tardé à titiller leurs rivales allemandes dès les premiers tours, les deux TS030 trustant les deux dernières marches du podium. Néanmoins, les deux voitures japonaises ont petit-à-petit concédé du terrain sur les R18 e-tron quattro, une meilleure gestion du trafic étant favorable aux troupes de Wolfgang Ullrich. En tête depuis le début de l’épreuve après avoir profité d’un meilleur envol, l’Audi n°1 de Benoît Tréluyer, Marcel Fässler et André Lotterer possède un tour d’avance sur la voiture-sœur, la n°2 de Kristensen-McNish-Duval. Le Top 3 est complété par la dernière voiture en provenance d’Ingolstadt, celle de Di Grassi-Géné-Jarvis frappée du n°3. La première Toyota (#7 avec Wurz-Lapierre-Nakajima) reste au contact avec 45 secondes de retard sur la dernière Audi. La voiture n°8 de Buemi-Davidson-Sarrazin suit à un peu moins d’une minute. Chez les privés, Jonny Kane fait parler la poudre sur sa HPD ARX-03c du Strakka Racing. Partie 36ème, le bolide battant pavillon britannique est revenu du diable vauvert pour se retrouver à moins de deux minutes de la Lola-Rebellion n°13 de Bellichi-Cheng-Beche, sixième au général. Après une erreur de Nick Heidfeld, l’autre voiture du Rebellion Racing clôture la classe LMP1.

Oak embarrassé

Depuis le début de la course, Morgan et le team Oak dominent la catégorie LMP2. Mais c’est sans compter sur le G-Drive Racing, discret depuis la première heure, pour faire face à l’équipe française. Tout bénéfice pour John Martin et l’Oreca-Nissan n°26 quand David Heinemeier-Hansson (Morgan-Nissan n°24) partait à la faute aux esses du karting, offrant le commandement à l’équipe anglo-russe. En deuxième position, on retrouve la seconde Morgan du Oak Racing, la n°35 de Baguette-Plowman-Gonzalez. Une Morgan peut en cacher une autre… La troisième place est occupée par le Jota et sa Zytek Z11SN n°38 à moteur Nissan. Revenu de loin, l’Oreca-Nissan n°46 du Thiriet by TDS Racing emmenée par Maxime Martin est quatrième. La malheureuse Morgan frappée du n°24 pointe à la cinquième place. Mauvais début de course pour l’Alpine A450 de Ragues-Panciatici-Gommendy, déjà hors du coup suite à problème d’alternateur et à une crevaison dans les Hunaudières.

Aston Martin endeuillé

Bien que la firme de Gaydon place deux de ses V8 Vantage aux deux premières place en GTE-Pro, le 90ème anniversaire de la marque est frappé par la mort d’Allan Simonsen, victim d’un terrible accident au Tertre Rouge au volant de l’Aston n°95. Bruno Senna place la n°99 en tête de la catégorie en compagnie de Fred Makowiecki et Rob Bell. L’équipage Turner-Dumbreck-Mücke est deuxième sur la n°97. Porsche se hisse sur le podium provisoire avec la 911 RSR n°92 de Lieb-Lietz-Dumas. En GTE-Am, Ferrari vire en tête avec la 458 n°62 couvée par AF Corse devant la Porsche n°88 du Proton Compétition et une autre Porsche, la n°76 du IMSA Performance Matmut.