24 heures du Mans H+12 : Toyota à l’affut d’Audi

Audi reste en tête de la classique mancelle mais a perdu gros durant la soirée suite à des pépins sur deux voitures ! Toyota se hisse ainsi sur le podium provisoire avec ses deux TS030. Festival Oak en LMP2 tandis que Aston Martin et Porsche mènent la danse en GTE.

24 heures du Mans H+12 : Toyota à l’affut d’Audi
Toyota attend le faux pas de son rival... (ACO)

Audi affaibli

Après avoir subi le monopole des R18 e-tron quattro durant le premier quart de la course, la chance a enfin souri à Toyota. L’Audi n°1 de Fässler-Tréluyer-Lotterer était confortablement en tête jusqu’à l’heure du hors d’œuvre quand la mécanique (un comble chez Audi !) s’en est mêlé. La faute à un alternateur défaillant faisant perdre pas moins de 45 minutes dans les stands au malheureux trio. C’est donc la voiture-sœur frappée du n°2, celle de Loïc Duval, qui prend les commandes avec un tour d’avance sur les deux Toyota TS030 Hybrid. Les bolides japonais ont jusqu’à présent été épargnés par les soucis, la n°8 de Buemi-Sarrazin-Davidson devançant de 20 secondes la n°7 de Wurz-Lapierre-Nakajima. A la régulière, les Nippones peuvent aller chercher l’Audi de tête au temps passé en moins dans le stand ! L’Audi n°3 de Di Grassi-Géné-Jarvis est quatrième à deux tours après avoir perdu du temps sur une crevaison. La Lola-Rebellion n°13 complète le Top 5, devant l’autre voiture du team suisse et la HPD du Strakka Racing.

Morgan renchérit

Oak Racing et ses Morgan-Nissan reprennent la tête de l’épreuve après avoir connu un ‘’coup de mou’’ en fin d’après-midi. Régulière, la Morgan n°35 de Bertrand Baguette est leader des LMP2 devant la n°24 conduite entre autres par Olivier Pla, bien revenue après avoir chuté au huitième rang. A mi-course, les troupes de Jacques Nicolet sont bien parties pour signer un doublé. Le Top 3 est complété par la Zytek Z11SN du team Jota, aux mains du redoutable Oliver Turvey. Le prototype britannique devance une autre Zytek, celle du Greaves Motorsport pilotée par l’équipage officiel Nissan Mardenborough-Ordoñez-Krumm. L’Oreca-Nissan n°46 de Maxime Martin entre dans le quinté de tête. La Morgan-Judd du Morand Racing revient progressivement dans la hiérarchie en pointant à la huitième place avec le jeune français Frank Mailleux. L’Alpine-Nissan n°36 continue également sa remontée mais accuse un retard de 20 tours sur la tête de la catégorie.

Aston Martin pas nanti          

Pas de changement majeur en GTE-Pro où Aston Martin continue à faire la loi, loi contestée par les Porsche 911 RSR du AG Team Manthey. Fred Makowiecki, Bruno Senna et Rob Bell placent leur V8 Vantage n°99 en tête de la catégorie. Dans le même tour que la belle anglaise, la Porsche n°92 de Romain Dumas semble la mieux armée pour détrôner les leaders. En troisième position, Jorg Bergmeister est parvenu à dépasser l’Aston Martin n°97 de Darren Turner sur sa Porsche frappée du n°91. Derrière les deux marques qui se livrent un vrai chassé-croisé, AF Corse place ses deux Ferrari 458 Italia en cinquième et sixième position, juste devant les deux Corvette officielles. La Viper de Tony Kendall suit à trois tours. En GTE-Am, Porsche a pris la mesure de Ferrari avec Jean-Karl Vernay plaçant la 911 GT3 RSR du IMSA Performance à la première place. Les Ferrari 458 du AF Corse engagées pour des gentlemen drivers complètent le podium provisoire.