Mercedes, roi des Ardennes belges !

Pour la première fois depuis 1964, la marque de Stuttgart s’est imposée dans le double tour d’horloge spadois. Et au terme de 24 heures largement disputée. Alors que faut-il retenir de cette 65ème édition de la classique spadoise ? Réponse ici !

Mercedes, roi des Ardennes belges !
Mercedes gagne à Spa en 2013 après 1931 et 1964 ! (24 hours of Spa)

Mercedes et Porsche héroïques

A partir du petit matin, la victoire s’est jouée entre la Mercedes SLS #84 du HTP Motorsport et la Porsche 911 #150 du Manthey Racing. Les deux équipes allemandes ne se sont faites aucun cadeau, les deux voitures roulant la plupart du temps roue dans roue ! Flamboyante mais handicapée par une BoP défavorable, la Porsche devait composer avec des problèmes de direction assistée et un cylindre défaillant. Un peu plus en retrait, la Mercedes ne pouvait compter que sur sa régularité et la maturité de ses pilotes. Et la victoire est définitivement tombée dans l’escarcelle de la SLS blanche quand la 911 jaune et verte restait bloquée au feu rouge dans la pitlane suite à la sortie de la Safety Car. Il aura manqué un tour à la Porsche de Lieb/Lietz/Pilet mais c’est bien la Mercedes #84 de Buhk/Götz/Schneider qui inscrit son nom au palmarès spadois ! C’est la quatrième épreuve d’endurance consacrée aux GT3 que la firme à l’Etoile remporte après les 24 heures de Dubaï, les 12 heures de Bathurst et les 24 heures du Nürburgring. L’histoire est d’autant plus belle que Bernd Schneider remporte l’épreuve pour la deuxième fois, 24 ans après son succès de 1989 sur une Ford Sierra Cosworth ! Cependant, tout n’est pas rose pour les deux constructeurs de Stuttgart. En effet, les autres Porsche ont connu un lot incroyable de pépins tandis que la Mercedes #127 du Rowe Racing a dû abandonner alors qu’elle revendiquait le podium !

Audi à la force du poignet

Après ses succès consécutifs en 2011 et 2012, le constructeur aux anneaux a connu un cru 2013 relativement compliqué. La faute à une Balance of Performance particulièrement (injustement ?) sévère, bridant considérablement en performances pures la R8 LMS ultra si redoutable par le passé. La seule Audi présente dans le Top 20 au départ, la #1 du trio Ortelli/Vanthoor/Rast, en dit long sur la sanction de la FIA et de SRO… Alors, voir l’Audi #2 de Lotterer/Stippler/Mies sur le podium relève du miracle ! Dans le clan WRT, surveillé de près par le Dr.Ullrich, on a mis toute la sauce pour permettre à la seule R8 restante avec la #6 du Phoenix Racing de remonter progressivement dans la hiérarchie, comme en témoigne la stratégie osée de laisser la voiture en piste alors que les autres chaussaient les pneus pluies suite à l’arrivée de la tempête. Résultat, un tour de repris sur la concurrence ! Mais chez Audi, on a néanmoins marre d’être pénalisé et le Dr.Ullrich a promis de taper du poing sur la table d’ici la prochaine course. Voilà qui dit tout !

Ferrari sauve l’honneur

Même si le Cheval Cabré semblait plus en verve que son camarade d’Ingolstadt, il était évident qu’aucune 458 Italia, excepté la #44 du Kessel Racing et leader au championnat avant Spa, ne serait capable de gagner à la régulière. Si la Ferrari de Ramos/Zampieri/Rigon a perdu la tête du championnat après avoir renoncé dans les derniers instants, Maranello peut se consoler grâce aux très belles performances de ses équipes engagées en Pro-Am en Gentlemen Trophy. Ainsi, AF Corse et SMP Racing n’ont laissé que les miettes à la Nissan GTR #35 de la GT Academy by RJN qui doit se contenter de la troisième place. Belle récompense pour le constructeur japonais et pour le Belge Wolf Reip, sachant que c’est un miracle si la Nissan aux couleurs Youtube a été épargnée par les problèmes ! Toni Vilander accroche une nouvelle victoire de classe à son palmarès pour AF Corse tandis que SMP Racing grimpe sur la deuxième marche du podium avec Mika Salo après longtemps animé la course. Mais Ferrari aurait pu espérer le triplé si Louis Machiels n’était pas sorti violemment dans le Raidillon dimanche matin ! Mais avec des si… Par contre, carton plein dans la dernière classe où Sofrev-ASP gagne haut-la-main et s’assure du titre dans le Gentlemen Trophy ! Malgré une alerte dans la dernière demi-heure, le team français n’a pas tremblé et devance la voiture #52 de l’équipe Sport Garage emmenée par le plus français des pilotes belges : Stéphane Lémeret ! La #111 version Kessel aux couleurs du Venezuela complète le podium. Cerise sur le gâteau, Ferrari s’assure la Coupe du Roi ! Pas de victoire au général mais deux beaux succès de classe. Forza !

Le cauchemar de BMW

Avec ses meilleurs éléments engagés en Pro-Cup et Pro-Am, le constructeur bavarois avait toutes les cartes en main pour briller et s’offrir un nouveau succès à Spa après celui de 1998. Mais rien n’est allé comme prévu puisque pas la moindre BMW Z4 n’a franchi la ligne d’arrivée ! Toute grosse désillusion de ces 24 heures, le Marc VDS pouvait plus que jamais revendiquer la victoire avec trois voitures. Alors que la #3 de Martin/Leinders/Buurman et la #4 de Palttala/Moser/Castburg étaient en sérieuse explication avec la Porsche Manthey pour le leadership, la nuit a réservé une bien mauvaise surprise aux voitures grises. En effet, Maxime Martin devait ranger sa monture sur le bord de la piste à 5 heures du matin sur… problème d’extincteur tandis que la voiture-sœur devait renoncer vers 2 heures sur un souci électronique. Quant à la #14 de Piccini/Müller/Klingmann, elle avait déjà abdiqué depuis longtemps sur problème mécanique. Ce n’est guère mieux pour les autres teams puisque TDS, Vita4One, ROAL et surtout DKR qui n’a fait que quelques tours, n’ont terminé la course. A Munich, les oreilles des responsables du département BMW Customer Racing vont chauffer, c’est certain !

Chez les autres, ce n’est pas la joie…

Chez les autres constructeurs, cette édition 2013 des 24 heures de Spa va laisser des traces, en particulier du côté des Anglais. Partie en pole position, l’Aston Martin V12 Vantage #99 de l’équipe Beechdean a fait illusion lors de la première heure de course avant de logiquement décrocher. Le belle bleue emmenée par le pilote officiel Stefan Mücke finit à une lointaine 23ème place après avoir connu des fortunes diverses durant la course. Mais cette contre-performance n’est rien à côté de celle des Aston GPR puisqu’aucune voiture du clan de Pino Sperlinga n’a passé le cap de la mi-course ! En gros, un cuisant échec pour la firme de Gaydon… Du côté de chez McLaren, on attendait beaucoup des MP4-12C et si la Hexis #7 de Parente/Sims/Dusseldorp a joué les trouble-fêtes en début d’épreuve, elle a rapidement disparu des tablettes, tout comme sa sœur, la #107 avec Olivier Panis comme capitaine. En gros, presque toutes les McLaren ont été trahies par leur moteur qui s’est révélé trop fragile. Dommage car, sans ça, la #69 version Gulf de Nico Verdonck et la #88 Von Ryan de Bruno Senna auraient joué le Top 5 !

Pour Nissan, le bilan est mitigé malgré la troisième place de la #35 conduite par Mardenborough/Pyzera/Ordoñez/Reip. En effet, la #32 est sortie de la route après quelques minutes seulement tandis que les deux GTR du team JRM ont été accablées par les problèmes. Mais le potentiel est là du côté des panzers nippons ! Enfin, le weekend de Lamborghini a été catastrophique avec la sortie de route dans le Raidillon de l’unique Gallardo engagée, la #24 de Jos Menten. Mais la vitesse de pointe du bolide préparé par Reiter n’est plus à démontrer…

Pour cette 65ème édition, on peut dire que le bilan est plus que positif avec des bagarres à tous les étages et sans le moindre mauvais coup tiré dans les pattes. Le public a également répondu présent avec près de 66 000 spectateurs présents sur place ! Y aura-t-il plus de 70 voitures au départ l’an prochain ? On l’espère de tout cœur, d’autant plus que Bentley, Corvette et Viper vont venir d’ici là se mêler à la bagarre. Et pourquoi pas également Honda ? En attendant, rendez-vous est pris le weekend du 27 juillet 2014 pour les 66èmes Total 24 Hours of Spa !