Misano : Qui est le requin ?

Installé dans les tribunes, le public Moto Gp, fan de Valentino Rossi pensait connaitre déjà la fin de la course. L’Italie, son soleil, et Valentino au sommet de sa forme. Les pilotes étaient bien en Italie ce week-end, mais la pluie est venue mettre sens dessus dessous le classement final.

Misano : Qui est le requin ?
Misano : Qui est le requin ?

La course s’est donc passée en trois temps : Du sec, de la pluie et une piste séchante. Au départ, Lorenzo, Marquez, Rossi sont en première ligne. Lorenzo prend la tête tout de suite, devant Marquez, Rossi et Pedrosa. Le Majorquin ne veut pas perdre une seconde, Marquez s’accroche à lui. Il tombe déjà quelques gouttes à ce moment mais rien d’alarmant…

Comme à son habitude, Lorenzo fait de son mieux pour prendre de l’avance. Le drapeau qui autorise le changement de machine est sorti. Aux pilotes de décider s’ils le feront ou non. Marquez passe à l’attaque. Rossi remonte aussi sur les Espagnols. Pedrosa reste dans la roue de l’Italien. La pluie s’intensifie dans certains virages. A l’écran, on voit réellement que la piste devient gorgée d’eau. Pedrosa ralenti, se fait passer par plusieurs pilotes et sonne l’alarme. Iannone, Redding, Dovisiozo, Smith sont passés. Les pilotes derrière, n’ont rien à perdre, ils rentrent au stand pour changer de moto.

En Italie, Rossi s’amuse toujours à offrir une nouvelle décoration à son casque. Pour cette occasion : un poisson le représentant, suivi par un énorme requin. Qui pourrait manger le petit poisson ? Lorenzo représente surement la bête redoutable. Valentino rappelle tout de même qu’il sait nager, le pilote est terrible sous la pluie. Il l’avait encore prouvé à Silverstone.

Six tours après le départ Redding chute, pas de chance pour le pilote Marc VDS qui ne baisse pas les bras et repart aussitôt. Lorenzo, Marquez, Rossi, rentrent en même temps. Le nonuple champion du monde prend un peu plus de temps pour changer de moto, mais rien n’est encore perdu. La première partie de cette course vient de se clôturer calmement.

En tête Dovizioso, devant Smith et Cruchtlow, ce trio de tête n’est pas encore revenu dans les stands. Marquez a passé Lorenzo. Il pleut de plus en plus, les tifosis voient déjà la victoire du numéro 46 se profiler à l’horizon. Marquez n’a rien à perdre, le championnat est déjà presque perdu d’avance. Lorenzo s’accroche derrière, et Rossi est à trois secondes…

Marquez est un peu large, Lorenzo reprend la tête. Il reste encore plus de la moitié de la course! De Angelis et Hernandez chutent. Rossi passe à l’attaque et réduit l’écart tour par tour. Il revient dans la roue de Lorenzo et Marquez. Enfin ce que le public attendait. Il roule plus vite que ses deux adversaires. A ce moment, on se demande vraiment à quoi pense le grand champion. Il attend, ne montre pas le désir de vouloir passer ses adversaires. Il joue avec les nerfs de Lorenzo, plus faible sous la pluie, il suffira d’une seconde d’inattention pour que le pilote se retrouve à terre. Marquez connait la chanson et préfère rester en retrait. Fin de la deuxième partie mais les pilotes ne savent pas encore ce qui les attend.

La pluie s’arrête, on est en Italie, il fait chaud et la piste va sécher vite. Loris Baz passe par les stands et repart en slick. Peut-être un bon choix, sauf si la pluie se remet à tomber de plus belle. Marquez passe premier le temps de se montrer et rétrograde directement en troisième position. Mieux vaut rester derrière pour voir ce que les Yamaha vont faire. Les pilotes commencent à repasser par les stands. Les leaders continuent de tourner.

Il retombe quelques gouttes ! Rossi passe en tête, en une seule fois, il en a marre d’attendre sagement. L’écart se creuse rapidement, dans le cas où il rentrerait au stand, Rossi serait le premier. Le choix de Baz paie, il fait les meilleurs chronos de tout le peloton. Le team 99, conseille à son pilote de revenir au stand pour changer de moto.

Et c’est Marquez qui rentre. Laissant les furieuses Yamaha ruiner leurs pneus. Il reste dix tours, impossible de garder les pneus pluie sur une piste séchante. Baz est huitième suivi de Smith et Redding, tous en slick, ils se portent candidats au podium.

Les Yamaha n’ont toujours pas changé de machine, les deux pilotes s’observent, qui fera preuve de sagesse avant l’autre ? Ils risquent de laisser s’envoler des points très chers pour le championnat.  Plus que huit tours, Jorge Lorenzo se décide enfin à passer en slick. Rossi, quant à lui, refait un tour sur les gommes pluies. Il change enfin mais il est trop tard : Marquez est en tête devant Smith et Baz. Lorenzo est quatrième, bien devant le chouchou italien. L’avance prise à Silverstone semble disparaitre.

Et c’est la chute ! Une Yamaha saute dans le bac à graviers, le pilote roule sur lui-même, et la foule crie. Lorenzo est à terre ! Rossi n’a plus qu’à rester sur ses roues… Peu importe la place, il conservera son avance prise en Angleterre, plus quelques points à gagner chez lui. Le rêve s’envole pour l’un et se concrétise pour l’autre. Plus de requin à l’horizon, ni devant, ni derrière.

Redding revient sur Baz et lui prend la place sur le podium. Il reste quatre tours et Rossi est à quatorze secondes. Ceci dit, c’est impossible d’accéder au podium pour lui. Les derniers tours se passent sans rebondissement, il y en a déjà assez eu.

Deux anglais sur le podium : Redding et Smith. Sur la première marche c’est Marc Marquez qui est le victorieux du week-end. Chez Ducati, c’est à nouveau Petrucci qui se place premier, à la sixième place, devant Iannone et Dovizioso.

Bradley Smith, deuxième, est le seul à être resté en piste en slick avec aucun passage au stand. Une stratégie surprenante, mais payante. Un plan songé à l’avance ou un coup de chance mémorable, qu’importe, il marque son meilleur résultat en catégorie reine.

Redding est sur le podium malgré sa chute, la preuve qu’il ne faut jamais baisser les bras. Baz est le quatrième mais le meilleur de la catégorie Open, il était le premier à repasser par les stands et avait eu raison. Rossi ne monte pas sur le podium pour la première fois depuis le début de la saison 2015, mais quelle course de folie. Le leader du championnat accroit son avance, il a maintenant vingt-trois points de plus que Jorge Lorenzo.

C’est un podium de trois pilotes souriants et contents d’être présents dans la catégorie reine. Rossi fait partie des perdants du jour mais il reste le roi de Misano et dans le cœur du public. Il a tout de même tout gagné en conservant la place de leader. Jorge Lorenzo n’aura plus pointé le bout de son nez après sa chute et était apparemment déjà en pleine radiographie de la main droite au moment du passage sur la ligne d’arrivée.

Dans deux semaines, horaire traditionnel, pour la course d’Aragon, en Catalogne. C’est chez Marc Marquez que les pilotes se disputeront l’ultime course avant la tournée outre-Atlantique.