Qatar : Amertume, orgueil et revanche

C’est sur une page sombre que s’est achevée la saison 2015. On remet les points à zéro, Rossi, Lorenzo et Marquez se retrouvent sur le même pied d’égalité. On sent une électricité palpable dans les paddocks et en conférence de presse. Lorenzo devient la bête noire des Fanas de Valentino. Marquez demeure le grand traitre dont il faut se méfier. Mettons la rancœur de côté pour faire place à la saison 2016…

Qatar : Amertume, orgueil et revanche
Qatar : Amertume, orgueil et revanche

Et ça commence très fort : Lorenzo a gêné Rossi en essai libre. Gestes agacés et regards échangés, on l’a compris c’est repartit pour les tensions... Valentino n’hésite pas et en remet une couche en signant pour deux ans de plus chez Yamaha. On aura donc du Doctor jusque fin 2018 !

Lorenzo est en pole, il partira en tête car il rate très peu de départs. De son côté, on parle déjà aussi de contrat, il n’a peut-être pas encore re-signé pour Yamaha en 2017, on parle même d’un changement vers Ducati. Il est vrai que la moto italienne est de nouveau très compétitive cette année, et pour un caractère comme celui de Lorenzo ça peut donner des idées. Bradley Smith a signé avec KTM pour 2017 et 2018. Mais malheureusement pour l’Anglais, personne n’en parle puisque le centre d’intérêt est encore cette fameuse querelle Lorenzo/Rossi.

Il fait nuit noire au Qatar, des milliers de spots éclairent le circuit pour le plus grand plaisir des yeux. La première ligne est espagnole, Lorenzo, Marquez, Vinales, la deuxième ligne est italienne, Iannone, Rossi, Dovizioso...

Une vraie belle lutte en vue, la Ducati sera très forte en ligne droite, cela pourrait ralentir un peu la course et donner la chance à plusieurs pilotes de l’emporter.

Sur la ligne de départ, Rossi est en pneu dur à l’arrière, Lorenzo aussi mais a décidé de courir en soft à l’avant. Tout le monde pense que les pneus vont jouer un rôle important dans le dénouement. 

Lorenzo a pris le départ en tête, on ne l’expliquera plus, c’est une habitude pour le pilote. Il est devant Iannone. Marquez et Vinales ratent leur départ. Dovizioso est troisième, Rossi quatrième. Et là soit Lorenzo part faire cavalier seul, soit les Ducati montrent que les médias n’ont pas menti à leur sujet.

Ligne droite, les deux Ducati passent Lorenzo ! Iannone devant Dovi. Marquez est déjà dans la roue de Rossi. Alors on peut tenter d’oublier les évènements de l’an dernier mais la crainte est présente et on redoute que le jeune espagnol vienne encore perturber volontairement le chouchou du public. Marquez passe devant sans souci ni accrochage. Rossi est toujours dans le groupe mais un peu à la traine. Devant, Dovizioso et Iannone se sont presque touchés... Quelques virages plus tard Iannone glisse d’un coup sec la course s’achève ici pour lui. Une Ducati en moins, Lorenzo est derrière Dovizioso et n’en fera qu’une bouchée.

Les quatre pilotes se suivent, la Ducati et la Yamaha s’échangent leur place plusieurs fois. Rossi est le dernier et donc si rien ne bouge ne sera pas sur le podium. On ne va pas dire qu’il y a beaucoup d’évènements dans cette course, on a bien compris qui finira premier. Et justement Lorenzo a maintenant une demi-seconde d’avance sur Andrea. Bon, ben, pour la revanche du Doctor c’est raté.

Huit tours de la fin, Rossi bat le record du tour, Lorenzo mène loin devant. Les motos sont trop éloignées pour qu’il y ait de la bagarre, c’est dommage.

Rossi est à une seconde de Marquez. A quatre tours du bout, on attend toujours l’attaque de Marquez sur la Ducati. Et il passe, on aura eu une deuxième bataille, après Lorenzo/ Dovizioso, la Honda est deuxième au détriment de Dovi. Rossi l’attaque aussi, le podium est en jeu. Il reste deux boucles. Dernier tour, dans la ligne droite, la Ducati a repassé Marquez. Rossi ne sera définitivement pas sur le podium aujourd’hui. Lorenzo vainqueur c’était annoncé, Dovizioso reste deuxième, Marquez clôture le podium.  

Le point levé Lorenzo passe devant Rossi. Le trio de tête rejoint le podium gentiment. Les micros retentissent pour annoncer Marquez en troisième position, le public siffle et hue, pareil pour Jorge. Seul Andrea Dovizioso mérite les applaudissements pour le public. Désolé d’annoncer que l’amertume de 2015 ne s’effacera pas de sitôt. L’année 2016 sera donc mouvementée et surement remplie de surprises et rebondissements