Tournoi des Six Nations 2015, Chapitre 1

Afin de bien débuter cette nouvelle édition du Championnat d'Europe, l'Angleterre se rendait à Cardiff, pour y affronter le Pays de Galles. Une mise en bouche savoureuse, entre les deux pays les plus titrés de la compétition, avec 36 trophées pour le XV de la Rose, et 37 pour celui du Poireau. Le lendemain, l'Italie, cuillère de bois l'an passé, rencontrait l'Irlande, championne en titre, et la France, vêtue d'un maillot rouge pour la troisième fois seulement de son existence, entrait en lice contre un XV du Chardon pressé de se mesurer à des pointures. Voici un compte-rendu de cette première journée.

Tournoi des Six Nations 2015, Chapitre 1
George Ford, le meilleur joueur de cette première journée

La Rencontre à Ne Pas Manquer

Un show exceptionnel avant le coup d'envoi, une ambiance de folie durant la partie, et des acteurs au sommet : tout était réuni pour un grand rendez-vous, et ç'a na pas manqué. D'entrée de jeu, les Gallois s'en vont inscrire un essai, par l'intermédiaire de Rhys Webb, bien servi par Toby Faletau. Leigh Halfpenny enquille cinq points au pied, et voilà le Poireau devant la Rose, de dix points, et ce au bout de dix minutes. Mais au quart d'heure de jeu, une belle inspiration de Mike Brown profitera à son ailier, Anthony Watson. Les Anglais ont relevé le défi, et, même s'ils ne transforment pas, répondent présent. Jusqu'à la pause, on assiste alors à un combat de buteurs : à ma gauche, Halfpenny, une nouvelle pénalité, et Dan Biggar, un drop à la sirène ; à ma droite, George Ford, trois unités qui permettent à l'Angleterre de rentrer aux vestiaires avec un retard réduit à huit points.

Cinq minutes après la reprise, et au terme de plusieurs temps de jeu, les Anglais traverseront une seconde fois la défense du Poireau, cette fois par l'intermédiaire de Jonathan Joseph, mis sur orbite. C'est George Ford qui transformera l'essai, permettant à la Rose de revenir à une longueur de son adversaire du soir. Ensuite, l'Angleterre misera tout sur une défense étouffante d'agressivité, obtenant deux pénalités supplémentaires que le jeune buteur passera également, portant le score à 16-21, en faveur de son équipe.

L'équipe de Stuart Lancaster a donc frappé un très gros coup en s'imposant à Cardiff, prenant les commandes du championnat en attendant les deux rencontres suivantes, et surprenant bon nombre d'observateurs par sa capacité à faire sans ses meilleurs éléments.

La Rouste à Ne Pas Manquer

L'Italie, qui, l'an passé, a retrouvé son rang de cancre du Vieux Continent, affrontait l'Irlande, tenante du titre, et troisième nation mondiale. Au final, une nouvelle performance à oublier pour les Transalpins, vaincu 3 à 26. Pourtant, tout n'était pas à jeter au moment de rentrer aux vestaires, à la pause. Une défense bien en place, et un impact physique conséquent, ce qui n'avait pas suffi à empêcher les Irlandais de mener de six points, grâce à trois pénalités du surprenant Ian Keatley, auquel Kelly Haimona avait répondu en passant lui aussi un coup de pied.

En seconde période, une nouvelle pénalité du talentueux Ian Keatley, puis le tournant de la partie : Leonardo Ghiraldini écope d'un carton jaune, et le Trèfle ne laisse pas passer l'occasion de faire basculer la rencontre, inscrivant deux essais. Le premier est inscrit par Conor Murray, puis transformé par Ian Keatley, encore lui, avant que Tommy O'Donnell n'y aille de sa réalisation, bonifiée par Ian Madigan.

Une victoire moralement bénéfique pour l'Irlande, à l'extérieur qui plus est, qui sera à confirmer face à de véritables concurrents.

La Purge à Manquer

Après un mois de novembre plutôt positif, le XV de France affrontait celui du Chardon, qui restait sur plusieurs performances abouties. Au final, une rencontre d'un ennui mortel, et une courte victoire des Tricolores, sur le score de 15 à 8. En première période, une attaque inexistante, une défense intermittente, mais un Camille Lopez au rendez-vous, avec trois pénalités. De son côté, le Chardon fait preuve de courage et d'imagination, inscrivant un essai, par l'intermédiaire de Dougie Fife, qui ne sera pas transformé. On ajoute à cela trois points au pied de Greg Laidlaw, et les Bleus rentrent au vestiaire avec une simple unité d'avance.

Après la pause, les Bleus retrouvent confiance, et dictent le rythme du jeu. Toutefois, pénalisés par une maladresse plus qu'inquiétante, ils ne parviendront jamais dans l'en-but adverse. Camille Lopez endossera donc à nouveau le costume de sauveur, ajoutant six points, une maigre récompense pour des Coqs conquérants mais trop hâtifs dans le dernier geste.

C'est donc une victoire importante pour les Bleus, qui devront cependant retrouver un semblant de réalisme pour aller inquiéter l'Irlande à Dublin.