Tournoi des Six Nations 2015, Chapitre 3

Pour cette troisième journée, qui marquait le passage à la deuxième moitié de la compétition, force est d'avouer que le spectacle n'était pas vraiment à la hauteur des attentes. Et pourtant, les affiches étaient plus qu'intéressantes, avec un duel au sommet entre l'Irlande et l'Angleterre, une opposition de seconds couteaux entre la France et le Pays de Galles, ainsi qu'une rencontre des cancres, le XV du Chardon affrontant l'Italie.

Tournoi des Six Nations 2015, Chapitre 3
Robbie Henshaw semble parfaitement assumer son statut de successeur de Brian O'Driscoll

La Rencontre à Ne Pas Manquer.

Alors que l'Italie, pulvérisée lors des deux premières journées, venait tête basse à Murrayfield, le XV du Chardon n'a pas su renverser cette équipe, qui manquait pourtant de confiance et de fluidité. Au final, un score inattendu de 19 à 22 en faveur des Transalpins. En première période, les débats étaient extrêmement équilibrés, les locaux rentrant aux vestiaires avec un simple point d'avance. D'un côté, trois pénalités de Greg Laidlaw, qui avait aussi transformé l'essai en solitaire de Mark Bennett. De l'autre, deux essais, signés Joshua Furno et Giovanbattista Venditti, seul le second étant transformé par Kelly Haimona, qui y ajoutera une pénalité.

Après la pause, la rencontre perdra en offensive, mais pas en intensité, et verra l'Italie inscrire un troisième essai, de pénalité celui-là, et ce dans les derniers instants. Tommaso Allan le transformera, ruinant ainsi de manière définitive les efforts de ses adversaires, et en particulier ceux de Greg Laidlaw, omniprésent, comme le prouve les trois autres points ajoutés à l'heure de jeu.

Un dénouement cruel pour les locaux, qui devront redoubler de vaillance pour éviter la tristement célèbre Cuillère de Bois.

La Rouste à Ne Pas Manquer.

Dans ce qui constituait incontestablement le choc de ce week-end de rugby continental, l'Angleterre n'a pas fait le poids sur le terrain d'une Irlande efficace et solidaire. Le score final est de 19 à 9, et ce qui le rend si particulier, c'est que voir une équipe marquer plus du double des points de son adversaire, et ce à un tel niveau, est assez rare. En première période, le spectacle n'était pas de mise, mais les locaux ont vite montré que le fil de la rencontre ne pouvait leur échapper. S'en remettant à trois pénalités de Jonathan Sexton, en réponse à un drop de George Ford, le Trèfle a rapidement pris le dessus sur la Rose.

Au retour des vestiaires, la rencontre s'est quelque peu emballée, avec un essai de Robbie Henshaw, venant conclure un beau mouvement collectif de son équipe, et offrant à Jonathan Sexton l'occasion de donner seize points d'avance à l'Irlande, ce qu'il ne manquera pas de faire. La Rose tentera de revenir, par l'intermédiaire de son ouvreur George Ford, qui inscrira six nouveaux points, ce qui se révèlera plus qu'insuffisant.

Au terme de cette rencontre dominée par des locaux organisés et physiquement préparés, l'Irlande s'est imposée comme la meilleure nation du Vieux Continent, et reste en course pour un Grand Chelem.

La Purge à Manquer.

Si l'opposition entre la France et le Pays de Galles ne s'est pas montrée avare en points, il ne faut pas se fier au score, car elle a surtout tenu de la purge. Bien que le Poireau se soit imposé 13 à 20, cela n'a pas empêché la France de remplir cette catégorie pour la troisième fois de suite. Durant les quarante premières minutes, quasiment rien à se mettre sous la dent, hormis une pénalité de Camille Lopez en faveur des Bleus, contre deux pour Leigh Halfpenny en faveur des Diables Rouges.

Après la pause, un sursaut au niveau du score, mais dans le jeu, le progrès n'a pas sauté aux yeux, les attaques profitant plus des errements défensifs adverses. C'est ainsi que les Gallois ont permis à Dan Biggar de plonger dans l'en-but à l'heure de jeu, un essai transformé par Leigh Halfpenny, qui ajoutera neuf autres unités, punissant les Tricolores de leur indiscipline. Camille Lopez ne sera pas en reste, inscrivant de même une pénalité supplémentaire, et transformant l'essai de Brice Dulin, pourtant auteur d'une prestation globalement maladroite.

Le Pays de Galles s'est donc relancé dans une compétition pas encore figée au niveau du classement, alors que la France s'enfonce progressivement dans les profondeurs du tableau. Une réaction d'orgueil est donc attendue en vue des deux prochaines rencontres.