Une deuxième rencontre accrochée, puis finalement débridée par des Bleus en mode diesel

Pour cette deuxième journée, le XV de France devait se défaire d'une dangereuse équipe de Roumanie, dure au mal et prête à saisir la moindre opportunité. Après une première demi - heure globalement terne, les Bleus ont su redresser la tête, pour finalement l'emporter, avec le bonus offensif qui plus est.

Une deuxième rencontre accrochée, puis finalement débridée par des Bleus en mode diesel
crédits: Ouest France
France
38 11
Roumanie

En première période, les joueurs de Saint - André ont été pris à la gorge par des Roumains monstrueusement désireux de contrecarrer les ambitions de leur adversaire. Résultat, trente premières minutes brouillonnes, avec simplement une pénalité de chaque côté, et un essai roumain évité in extremis grâce à un retour angélique de Bernard Le Roux. Puis vint le tournant de la rencontre, un carton jaune quelque peu sévère infligé à Ion, le pilier droit de cette équipe de Roumanie. Quelques secondes plus tard, un essai de Guitoune, transformé par Parra. Et juste avant le retour aux vestiaires, nouvelle réalisation, cette fois signée Nyanga, et de nouveau transformée par Parra, ce à quoi les Roumains répondirent par une pénalité de Vlaicu. 17 à 6 à la pause, le bonus offensif était à portée des Bleus, mais quelle souffrance pour en arriver là !

PSA remonte ses troupes

Suite au coup de gueule du sélectionneur, les Bleus reviennent sur la pelouse avec la ferme intention de se détacher une fois pour toutes de ces solides adversaires, bien plus entreprenants que prévu. Chose dite, chose faite : même s'il faudra attendre le dernier quart d'heure pour voir des points, c'est que les Roumains auront retardé l'échéance. Mais en l'espace de cinq minutes, Guitoune s'échappa pour s'offrir un joli doublé, puis Fofana mit à profit sa première apparition du Mondial pour aplatir dans l'en - but. Deux essais transformés par Parra puis Kockott. La réponse sera immédiate, ou presque, les Chênes y allant de leur essai cinq minutes plus tard, par Ursache, sauvant ainsi l'honneur, qu'ils avaient déjà assuré de par une lutte féroce. Mais c'était sans compter sur l'orgueil des partenaires de Fickou, qui s'offrit un essai dans les derniers instants, alors que Guitoune avait par deux fois manqué le triplé de quelques centimètres. Une transformation de Kockott, et c'en était fini de cette rencontre à deux vitesses, sur un score sans appel ne reflétant guère la combativité roumaine, 38 à 11.