Coupe d'Europe : place aux clubs français

A peine remis des test-matchs internationnaux, les stars du Top 14 reprennaient du service dans leurs clubs respectifs ce week-end. Après un passage éclair par le championnat hexagonal, c'est la scène européenne qui se profile maintenant.

Coupe d'Europe : place aux clubs français
Qui pour succéder aux Toulonnais ?

Six équipes françaises sont engagées cette saison dans la première édition de l'European Champions Cup. Pour pouvoir accéder aux quarts de finale, les clubs doivent terminer premier d'un groupe de quatre ou bien être l'un des trois meilleurs deuxièmes de la phase de poule. Après deux journées en octobre, et à la veille d'une quinzaine charnière pour la qualification, les équipes françaises connaissent des fortunes diverses.

Toulon sur la bonne voie

Toulon, double tenant du titre, est bien parti pour disputer une nouvelle fois les quarts de finale de la compétition. L'armada toulonnaise a impréssionné avec sa victoire sur le terrain de la province de l'Ulster en Irlande. Après un premier match accroché face aux Gallois de Llanelli, la victoire en terre irlandaise place le RCT seul en tête de sa poule avec 8 points. Les poursuivants sont relégués à quatre points et la puissance développée par Toulon en ce début de saison ne laisse que peu d'espoirs. Une victoire lors de la double confrontation face à Leicester peut permettre aux hommes de Bernard Laporte de valider leur billet pour le tour suivant.

Le Racing-Métro, Clermont et Toulouse en ballottage favorable

Les Franciliens sont en tête de la poule 5 après des victoires en ouverture contre Northampton et Trévise. Cependant, avec trois points d'avance sur les Ospreys et Northampton, le Racing Métro reste sous la menace. Teddy Thomas et ses coéquipiers pourraient regretter un point de bonus offensif laissé en route à Trévise lors de la dernière journée. Il est impératif pour les Racingmen de ramener au moins un point du Pays de Galles samedi et d'assurer la victoire la semaine prochaine.

Avec une victoire bonifiée face à Sale et un point de bonus défensif ramené de Londres, Clermont a conservé toutes ses chances de qualification. Les Auvergnats occupent la deuxième place de la poule 1, la plus relevée de la compétition, avec trois des quatre demi-finalistes de l'année dernière.  Mais les deux rencontres à suivre s'annoncent difficiles pour les "jaunards". Samedi, ils devront se déplacer dans l'antre quasi-imprenable de Thomond Park où évolue le Munster. Les Irlandais occupent la première place avec deux victoires en deux matchs. Hormis un exploit ce week-end, l'ASM jouera la deuxième place du groupe face aux Saracens en janvier prochain.

A Toulouse, c'est une quinzaine décisive qui s'annonce pour la première place de la poule 4. Le Stade Toulousain (2e avec 8 points) affronte l'équipe surprise de ce début de saison, Glasgow, premier avec 9 points. L'idéal pour les Toulousains est d'assurer deux victoires lors de cette double confrontation au sommet. Mais la tâche n'est pas simple pour Guy Novès. Bath et Montpellier se sont déjà casser les dents sur de rugueux Ecossais. Mais le Stade Toulousain doit en passer par là pour pouvoir espérer un quart de finale à domicile.

Montpellier sans grande conviction

Egalement pensionnaire de la poule 4 en compagnie de Toulouse, Montpellier est très mal embarqué dans cette coupe d'Europe version 2014-2015. Après une défaite d'un fil face à Toulouse, le MHRC s'est tiré une balle dans le pied en perdant à domicile face à Glasgow. L'espoir de qualification passe par un sans-faute lors des quatre prochaines journées, ajouté à un coup d'arrêt des deux équipes de tête. La forme actuelle des joueurs de Fabien Galthié ne laisse pas espérer un retournement de situation cette saison. Les Héraultais peinent à passer le cap malgré les investissements consentis par l'actionnaire Mohed Altrad.

Montpellier est à la peine en l'absence de son ouvreur François Trinh-Duc.

Castres vers la sortie

Castres pourrait se retrouver en compagnie de Montpellier avec encore une infime chance de qualification. Mais la situation désespérée du CO ne permet pas de classer les deux équipes dans la même catégorie. Sur un point de vue sportif, avec un seul point, Rory Kockott et consort n'ont aucune chance de refaire leur retard sur le Leinster et les Harlequins qui se partagent la tête du groupe (8 points chacun). Un autre aspect est la situation dans laquelle se trouvent les Tarnais. Les vice-champions de France pensent d'abord à quitter une place de lanterne rouge plutôt que de lutter sur la scène européenne. Une victoire face aux Wasps dimanche à domicile pourrait toutefois redonner de l'allant au champion de France 2013.