La bonne opération pour Castres

Après une première période difficile, le CO s’est rebellé pour obtenir le bonus défensif. Castres recevra Montpellier en barrage. Dominateur dans le premier acte, le Racing s’est éteint par la suite. Pour une place en demi-finale, les Franciliens iront à Toulouse.

La bonne opération pour Castres
Marc Andreu (crédits : Libération.fr - AFP/Remy Gabalda)
Racing Métro 92
29
28
Castres
Marc Andreu (crédits : Libération.fr - AFP/Remy Gabalda)

Les Racingmen y ont cru. A la pause, ils menaient même 22-6. La victoire et même la 4e place leur tendaient les bras. Pendant 40 minutes les Franciliens ont dominé de la tête et des épaules des Tarnais au point de rupture. Grâce à leur volume de jeu, les Ciel et Blanc ont déséquilibré la défense. C’est logiquement que Sirelli Bobo lancé dans l’intervalle a inscrit le premier essai de la rencontre (29e). Deux fois réduit à 14 (6e, 33e), Castres a payé son indiscipline. A 100% au pied, Jonathan Wisniewski a creusé l’écart (7e, 12e, 17e, 20e, 40e). Et on pensait le match plié.

Un CO retrouvé

C’était sans compter la révolte castraise.  Cabannes (55e) puis Garvey (58e) ont coup sur coup réduit à néant les espoirs de bonus offensif des locaux. Le CO est même passé devant après une 89 bien négociée par Kockott (73e). Le Racing a repris le dessus pour du beurre par Ben Arous en fin de match (78e). Sans conséquence au classement. Castres devance Montpellier pour la 4e place et le Racing, dindon de la farce, termine 6e. Il en faudra plus pour inquiéter Toulouse la semaine prochaine.