Six équipes pour un Bouclier

Après une saison riche en rebondissements, le Top 14 a finalement rendu son verdict, et, comme chaque année, seules six des quatorze équipes y ayant participé vont poursuivre l'aventure, et ce dans l'espoir de décrocher le Graal, la récompense ultime, le Bouclier de Brennus, qui viendra récompenser, pour l'une de ces six formations, une saison semée de coups et de blessures, de joies et de désillusions, de sang et de larmes. Petit tour d'horizon des six équipes qualifiées.

Six équipes pour un Bouclier
Six équipes pour un Bouclier

RC Toulon

En tête de la liste, nous retrouvons Toulon, champion d'Europe en titre, et finaliste malheureux de la saison précédente. Les Toulonnais, qui sont montés en puissance ces dernières semaines, comptent bien justifier leur statut de favoris. Emmenés par des joueurs de classe mondiale, tels les frères Armitage, Delon (30 ans, 26 sélections avec l'équipe d'Angleterre) et Steffon (28 ans, 5 sélections avec l'équipe d'Angleterre), le deuxième meilleur marqueur de toute l'histoire du rugby Jonny Wilkinson (34 ans, 91 sélections avec l'équipe d'Angleterre, avec laquelle il a été quatre fois champion d'Europe, et une fois champion du monde), ou encore l'éternel Bakkies Botha (34 ans, 78 sélections avec l'équipe d'Afrique du Sud, une fois champion du monde), le RCT compte bien décrocher ce trophée, qui lui avait filé entre les doigts l'an passé.

Stade Toulousain

Pour cela, il lui faudra écarter, en demi-finale, le vainqueur du match de barrage qui opposera Toulouse au Racing-Métro. Le Stade Toulousain, deux fois champion d'Europe et trois fois champion de France sur les dix dernières années, a pourtant dû attendre la dernière journée pour arracher sa qualification, après un match néanmoins maîtrisé face à Grenoble (38-8). Cependant, le club avait été miné par les blessures tout au long de la saison, notamment celle de Thierry Dusautoir, élu meilleur joueur du monde en 2011, qui a fait son retour face aux Isérois. Néanmoins, Toulouse garde espoir. En effet, le club de la Ville Rose compte dans ses rangs de très nombreux internationaux (27 sur les 36 joueurs). Leur science du combat et leur expérience des matches à enjeu ne seront pas de trop pour une équipe en plein doute.

Racing-Métro 92

En face, le Racing-Métro se présente en outsider, mais un outsider en pleine confiance. En effet, les Franciliens présentent tout simplement le meilleur bilan du championnat lors de la phase retour. Et avec le neuvième réalisateur du championnat dans ses rangs (Jonathan Sexton, le meilleur joueur du Six Nations 2014, auteur de 177 points), ainsi que l'insaisissable Marc Andreu, le onzième meilleur marqueur du championnat (6 essais, 1,70 mètre), le Racing a des arguments à faire valoir. Pourtant, leur saison n'a véritablement démarrée qu'après l'écrasante défaite subie à Marcel-Michelin, face à l'ASM, le 23 novembre dernier (47-14). Cette humiliation aura été l'élément déclencheur, elle aura permis au club de se remettre en question, à tel point que l'équipe entraînée par les deux coachs champions avec Castres la saison dernière a ensuite enchaînée neuf victoires et deux matches nuls, pour seulement trois défaites. Et la déroute de la formation francilienne à Montpellier lors de la dernière journée de la saison régulière (44-10) n'y changera rien : le Racing est désormais craint par tous. 

Montpellier HR

D'ailleurs les Héraultais n'en sont pas à leur coup d'essai. Ils s'étaient déjà offert, dans leur antre d'Yves-du-Manoir, plusieurs concurrents directs pour les phases finales, tels que Toulouse (25-0), ou Clermont (43-3). Et cette saison plus que satisfaisante laisse présager de très bonnes choses pour les Montpelliérains, qui s'appuient sur l'infaillible précision au pied de Benoît Paillaugue, le dixième réalisateur du championnat (170 points), l'explosivité du Fidjien Timoci Nagusa, le troisième meilleur marqueur du championnat (10 essais), et l'expérience de l'inusable François Trinh-Duc (49 sélections, une fois champion d'Europe, une fois vice-champion du monde), et développent un jeu extrêmement fluide, chaque joueur ayant un rôle bien particulier, qu'il remplit à merveille.

ASM Clermont

Mais Montpellier aura fort à faire en demi-finale. En effet, la formation de Fabien Galthié affrontera le vainqueur du duel qui aura opposé Clermont à Castres. Les Auvergnats, finalistes malheureux de la H Cup l'an passé, humiliés aux portes de la finale de cette même compétition par les Saracens (46-6), les Jaunards semblent au bout du rouleau. Mais ils peuvent compter sur leur exceptionnelle invincibilité à Marcel-Michelin, où ils n'ont fait que gagner depuis le 21 novembre 2009, soit 77 victoires d'affilée ! La présence dans leur effectif de joueurs de classe mondiale, tels Wesley Fofana, Napolioni Nalaga, ou encore Morgan Parra, comptera lors de ce match de la dernière chance pour l'ASM, qui souhaite partir en vacances la tête haute, et le Bouclier sous le bras.

Castres Olympique

Cependant, il faudra se méfier de Castres, champion de France en titre. Le CO, bien qu'ayant surpris tout le monde l'an passé, est attendu au tounant. Sa nouvelle réputation de trouble-fête n'est d'ailleurs pas usurpée, car, bien qu'il ne fasse toujours pas office de favori, il est le club qui a fourni le plus d'internationaux au XV de France à l'occasion du Tournoi des Six Nations (soit six : Antonie Claassen, Brice Dulin, Yannick Forestier, Rémi Lamerat, Brice Mach et Rémi Talès). Mais, à Clermont, le talent de ces six joueurs, ainsi que l'explosivité de l'intenable Rory Kockott (sixième meilleur réalisateur du championnat) ne suffiront peut-être pas. Cependant, cette saison, le Top 14 n'en est pas à une surprise près.