Top 14, J4 : Clermont en démonstration, Le Bail en soliste

Pour ce quatrième week - end, les grosses affiches étaient légion : Clermont, auteur d'un formidable début de saison, accueillait le Racing, champion en titre ; Toulon, en pleine crise, se rendait à Toulouse, vainqueur deux fois sans la manière sur son terrain ; et le Stade Français, capable du meilleur comme du pire, se devait de s'imposer à domicile contre les imprévisibles joueurs de Castres. Voici les performances individuelles et collectives les plus marquantes de cette quatrième levée du Top 14.

Top 14, J4 : Clermont en démonstration, Le Bail en soliste
Noa Nakaitaci, un acteur majeur (3 essais) du festival de Clermont

Meilleur joueur.

Le jeune Jules Le Bail (24 ans) n'aurait pas dû jouer cette rencontre avec son club de La Rochelle, face à Lyon. Remplaçant de Zach Holmes, le jeune demi de mêlée a pris le relais dès la vingtième minute, suite à la blessure de l'Australien, et quel relais ! Auteur de 18 points (3 transformations et 4 pénalités), le petit chef d'orchestre (1 mètre 70) a parfaitement pris les choses en main. Sobre mais efficace, sans prise de risque inutile, il a amplement participé au carton de son équipe (43 - 18).

L'excellent Jonathan Wisniewski, également auteur de 18 points pour Grenoble lors de la victoire contre Brive (36 - 23) est également nominé dans cette catégorie, ayant permis aux Isérois de décrocher leur première victoire de la saison.

Mention spéciale pour Noa Nakaitaci, auteur du premier triplé de la saison, et acteur majeur du succès de Clermont contre le Racing.

Meilleure équipe.

Décidément, rien ni personne ne semble en mesure de résister à Clermont. Invaincu en trois matches à l'extérieur, les Auvergnats ont retrouvé leur pelouse en piétinant le Racing 47 à 10 ! Pouvant compter sur un Parra impitoyable face aux perches (14 points) et sur un Lopez au four et au moulin (un essai, un drop et une grosse activité en défense), l'ASM a su développer son jeu avec autant de patience que de justesse, tout en exploitant à merveille les talents de finisseur de Noa Nakaitaci (3 essais).
Une véritable leçon de rugby reçue par les Franciliens, qui ont attendu la demi - heure de jeu pour marquer leurs premiers points, et les 5 dernières minutes pour inscrire un essai.

Mention spéciale à Toulon, vainqueur sans trembler à Toulouse (15 - 32), qui a su se réveiller de la meilleure des manières après la défaite à domicile contre Brive la semaine passée.

Meilleur match.

La rencontre la plus accrochée du week - end a sans aucun doute opposé le Stade Français à Castres, pour une victoire finale des Parisiens (29 - 25). Devant à la pause (13 - 9), les partenaires de Jules Plisson ont dû faire sans lui, après son expulsion à l'heure de jeu. Le score était alors de 19 - 12, mais les visiteurs profiteront de cette supériorité  numérique pour prendre l'avantage à un quart d'heure de la fin (19 - 22). C'était sans compter sur la solidarité de leurs "hôtes", qui, dans le sillage de Julien Dupuy (14 points), parviendront à l'emporter devant leur public.

Résultats.

Montpellier 41 - 13 Pau
Stade Français 29 - 25 Castres
La Rochelle 43 - 18 Lyon
Bordeaux-Bègles 40 - 20 Bayonne
Toulouse 15 - 32 Toulon
Clermont 47 - 10 Racing
Grenoble 36 - 23 Brive