Top 14, J10 : Un très bon Hickey met Bordeaux-Bègles sur orbite, Lyon ne tremble pas face à Toulon

Dixième journée de ce Top 14, et premier doublon ! Les joueurs appelés avec le XV de France je jouaient pas, et le spectacle en a pris un coup ce week-end, même si les affiches étaient assez alléchantes sur le papier. En effet, Toulouse (privé pour l'occasion de Médard, Maestri, Fickou, Baille, Huget, Bézy et Doussain) affrontait Castres, qui comptait profiter de l'occasion pour décrocher une première victoire à l'extérieur cette saison ; Bordeaux-Bègles (sans Goujon, Serin et Poirot) jouait contre un Stade Français déplumé de ses leaders (Camara, Flanquart, Plisson et Slimani) ; et Grenoble, bon dernier du championnat, se rendait à Clermont en espérant profiter des absences de marque chez les Auvergnats (Fofana, Chouly et Spedding). Dans le choc de cette journée, Montpellier rendait visite à un Racing affaibli par ce doublon (convocations de Chat, Machenaud et Lauret) ; enfin, le dimanche, Toulon s'en allait défier Lyon sur sa pelouse, avec un effectif étincelant (Nonu, Habana, Gorgodze, Bastareaud, Goromaru et Manoa) mais démuni de certaines pièces maîtresses (Ollivon, Mermoz, Guirado et Trinh-Duc).

Top 14, J10 : Un très bon Hickey met Bordeaux-Bègles sur orbite, Lyon ne tremble pas face à Toulon
Au pied ou à la main, Simon Hickey a été impérial face au Stade Français

Meilleur joueur.

Valeur montante mais encore ignorée de ce Top 14, le Néo-Zélandais Simon Hickey a fait parler la poudre face au Stade Français (17 points en passant quatre transformations, un drop et deux pénalités), permettant à son équipe de s'imposer assez largement (37-19). Habituel remplaçant, il va gagner du temps de jeu suite à la blessure de Madigan, et, pour sa première, il a d'ores et déjà montré que l'on pouvait compter sur lui.
Très bon pour dicter le jeu, il a su faire ce qu'il fallait sans prendre de risques inutiles, se montrant à l'aise aux côtés du duo Lesgourgues-Buttin. Il doit maintenant confirmer lors des prochains rendez-vous, mais cette première titularisation de la saison est une franche réussite.

Meilleure équipe.

Ce dimanche après-midi était marqué par les retrouvailles de Delon Armitage, Frédéric Michalak, Virgile Bruni, Alexandre Ménini et Rudi Wulf avec leur ancien club de Toulon. Et cette belle troupe n'a pas fait dans les sentiments, faisant preuve d'énormément d'envie et d'agressivité sur chaque prise de balle comme sur chaque contact, pour imposer un énorme défi physique aux Toulonnais.
Une première mi-temps d'anthologie leur permettra de prendre un avantage conséquent (22-6), grâce à 5 pénalités (4 de Michalak et une d'Armitage), accompagnées d'un essai d'Ivaldi transformé par Michalak, en réponse aux deux pénalités de Pierre Bernard.
Au retour des vestiaires, un essai de Nalaga permet au LOU de creuser un peu plus l'écart, avant qu'u carton jaune reçu par Michalak ne permette au RCT de réduire le score en fin de match par un essai transformé de Tillous-Borde (27-13).
Mais il est évident que la place de cette équipe de Lyon est dans l'élite, et ce genre de performance donne du crédit à ce groupe mêlant individualités talentueuses et collectif soudé.

Meilleur match.

Entre Clermont, leader invaincu à domicile, et Grenoble, lanterne rouge comptant 6 défaites en autant de déplacements, l'affiche semblait totalement déséquilibrée. Mais c'était sans compter sur la hargne des Isérois, qui ont à tout prix voulu profiter de l'absences des internationaux de l'ASM pour jouer le coup à fond.
Libérés de toute pression, et alors qu'on leur prédisait une défaite cuisante, les partenaires d'un Rory Grice de nouveau stratosphérique ont attaqué cette rencontre pied au plancher.
Les visiteurs ont rapidement répondu à l'essai transformé de Parra (précédé d'un drop de Lopez) par un essai de l'inusable Gio Aplon, transformé par Wisniewski, mais, juste avant la pause, Giorgadze a redonné 8 points d'avance aux Clermontois.
En seconde période, Wisniewski a passé deux pénalités, puis transformé l'essai de Dardet. Menés 18-20 malgré la pénalité de Lopez, les Jaunards ont pu compter sur un Fernandez décisif pour repasser devant grâce à une autre pénalité, avant de tenir bon dans les 10 dernières minutes.                                                                       Le FCG peut donc nourrir quelques regrets, car la victoire n'était pas loin, mais doit surtout se satisfaire d'avoir pu inquiéter la meilleur équipe d'Europe du moment sur sa pelouse, et se servir de cette rencontre pour les échéances à venir.

Résultats.

Bordeaux-Bègles 37-19 Stade Français

Brive 26-9 Bayonne

Clermont 21-20 Grenoble

Toulouse 16-15 Castres

Racing 21-9 Montpellier

La Rochelle 27-6 Pau

Lyon 27-13