Bilan : Une année Bleue

Cette saison encore, les Français ne sont pas passés inaperçus sur l'échiquier tennistique mondial. Outre le renouveau de Richard Gasquet et les performances constantes de Gilles Simon et de Jo-Wilfried Tsonga, d'autres Tricolores se sont illustrés : Nicolas Mahut qui a remporté les deux premiers tournois de sa carrière, Benoît Paire qui a passé un cap et puis toute une génération talentueuse qui ne demande qu'à se montrer. Bilan.

Bilan : Une année Bleue
©Charly Triballeau/AFP, Pascal Guyot/AFP, Panoramic, Patrick Kovarik/AFP ; Montage VAVEL France

Une nouvelle saison vient de s'achever et les tennismens, après avoir réalisé quelques tournois d'exhibitions sont de retour à l'entraînement, prêts à en découdre en 2014. Avant de s'enthousiasmer sur cette année 2014 qui nous promet de belles choses, revenons sur l'année 2013. Une année porteuse de bonnes nouvelles pour les Français. Des Tricolores qui forment même presque une armada avec dix de nos représentants dans le top 60.

Cette année aura vu nos Français prendre des trajectoires différentes, mais toujours conclues par une remontée au classement ATP (sauf Jo-Wilfried Tsonga et Gilles Simon qui ont perdu une place). Penchons-nous plus précisément sur le parcours de nos dix représentants les mieux classés et revenons au cas par cas sur leur saison.

Le classement des Français à lATP | Create infographics

Richard Gasquet

Régulier, Richard Gasquet l'a été tout au long de cette saison. Il ne sera jamais sorti du top 10 (voir infographie ci-dessus) mais mieux que ça il a franchi un palier avec une première participation aux Masters de Londres, une demi-finale à l'US Open, deux victoires sur David Ferrer, trois titres (Montpellier, Doha et Moscou), un bilan extrêmement positif (50 victoires pour 23 défaites) mais aussi et surtout le respect des plus grands. Longtemps dénommé comme un grand espoir français, Gasquet a sû se défaire de cette étiquette, enfin se libérer et montrer ce qu'il vaut. Et vous l'avez récompensé en l'élisant joueur Français de l'année. Il est devenu le fer de lance de la délégation tricolore et son duel au classement mondial avec Jo-Wilfried Tsonga pourrait augurer de grandes choses. L'année 2014 sera pour lui un véritable test : elle pourrait bien être celle de la confirmation.

SONDAGE : gasquet FRANÇAIS de LANNEE | Create infographics

Jo-Wilfried Tsonga

Cette saison ne fut pas celle espérée pour Jo-Wilfried Tsonga à cause d'une blessure de trois mois. Contraint à l'abandon à Wimbledon, le Manceau ne retrouva les courts que mi-septembre à l'Open de Moselle. Du coup, à cause de cette indisponibilité, Tsonga ne s'est pas qualifié pour les Masters alors qu'il y avait participé en 2011 (où il avait atteint la finale) et en 2012. Et a perdu en plus sa place de numéro un Français au profit de Richard Gasquet. Jo n'a remporté qu'un seul tournoi, l'Open 13 de Marseille et a atteint la finale en double à Metz. Maigre bilan donc au niveau des titres. Cependant, si l'on s'attarde un peu plus sur l'année de Tsonga, on s'aperçoit qu'elle ne fut pas si mauvaise qu'on ne peut le penser. Une demi-finale à Monte-Carlo, une à Shanghaï mais surtout une demi-finale à Roland-Garros où, 30 ans après Yannick Noah, il aura fait rêver la France en éliminant notamment Roger Federer en quarts de finale. L'année 2014 devra être celle de la renaissance pour celui qui est l'inventeur de "la danse des pouces" car s'il ne se blesse pas, il aura fort à faire puisque Richard Gasquet est dans la forme de sa vie.

Gilles Simon

Cette saison encore, Gilles Simon s'est montré trop inconstant et trop peu agressif lors des grands matchs. Le Lyonnais, qui a provoqué l'élimination de la France en Coupe Davis a de nouveau montré ses limites. Un seul titre, soit l'Open de Moselle contre un Jo-Wilfried Tsonga revenant de blessure et une finale à Eastbourne après avoir affronté comme adversaire le mieux classé Andreas Seppi. En Grand Chelem, ce n'est guère mieux. Simon aura seulement tenu son rang à l'Open d'Australie et à Roland Garros en étant éliminé en huitièmes de finales, et fut même éliminé au premier tour de Wimbledon par Féliciano Lopez. En Masters 1000, ce n'est guère mieux. Il ne passa les huitièmes que lors d'un seul de ces neuf tournois (Miami) et ne termina l'année qu'avec deux victoires contre des Top 8, soit Tsonga et Del Potro. Simon est maintenant bien loin de l'an 2008 qu'il termina à la septième position mondial. "Gillou", en chute libre depuis 2011 pourrait bien sortir très prochainement du top 20. L'année 2014 sera pour lui une année décisive.

Benoît Paire

Cette saison 2013 fut sûrement la plus belle pour Benoît Paire. Deux troisième tour à Wimbledon et Roland-Garros, une demi-finale à Rome et surtout une révélation au grand public. Car même si les spécialistes le connaissaient depuis plusieurs année, Benoît Paire a cette année montré toutes ses qualités au plus grand nombre. Il est devenu le chouchou des médias et des fans clubs se sont créés autour de lui. De plus, Paire aura appris à maîtriser ses nerfs, même si ils ont lâchés face à Nishikori au troisième tour de Roland Garros. Caractériel, Benoît Paire a lui-même déclaré avoir passé un cap (voir ci-dessous) cette saison au niveau de la gestion de ses émotions. Il ne lui reste maintenant plus qu'une chose à découvrir : la Coupe Davis. Dès 2014 ? Rien n'en est moin sûr. Paire est en effet un joueur de terre battue, quelque chose qui aurait été très utile quand la France se déplace à l'extérieur (plus spécialement en Espagne et en Argentine) mais moins quand la France reçoit car l'encadrement choisit le plus souvent le dur car les leaders sont meilleurs sur dur que sur terre battue. Et qu'en plus, Paire est moins bon sur dur que sur terre battue. En résumé, Paire peut être utilisé comme leader lors des matchs sur terre battue mais comme remplaçant sur dur. Avant ça, il faudra que l'Avignonnais se concentre sur sa carrière individuelle et progresse encore et encore. L'année 2014 sera là pour ça.

B. PAIRE RÉVÉLATION FRANçAISE DE LAnnée | Infographics

Gaël Monfils

Cette saison fut assez spéciale pour Gaël Monfils. Descendu à la 107ème place mondiale début mars, le Parisien a par la suite réalisé une belle remontée jusqu'à atteindre début décembre la 31ème place.  Vainqueur à Bordeaux, finaliste à Nice et à Winston-Salem, quart de finaliste à Shanghaï, La Monf' a tout de même réussit à faire parler de lui. Monfils a même réussit à battre Tomas Berdych Porte d'Auteuil et Roger Federer à Shanghaï. En 2013, il a d'ailleurs inauguré un complexe tennistique en Guadeloupe comprenant cinq courts. Marchant toujours au moral, Monfils devra en 2014 garder la même dynamique que celle qu'il a actuellement et il pourra alors espérer de se stabiliser dans le top 20 mondial.

Jérémy Chardy

Un peu dans l'ombre de ses cinq autres compatriotes cités précédement, Jérémy Chardy a pourtant réussi une saison tout à fait honorable. Tout d'abord, Chardy réussit l'exploit de se hisser en quarts de finale de l'Open d'Australie en éliminant au passage celui qui était alors numéro 7 mondial Juan Martin Del Potro, au terme d'un match maîtrisé, où il réalisa 78 coups gagnants, ce qu'il qualifia ensuite de plus belle victoire depuis le début de sa carrière. A Roland-Garros et à Wimbledon, où il a tenu son rang et atteint le troisième tour. Enfin, il n'atteint que le deuxième tour à l'US Open. Une année conclue à la 34ème place mondiale, alors qu'il l'avait commencé à la 32ème place. Une saison comme les autres en résumé pour Jérémy, qui n'aura pas déçu. L'année 2014, où il fêtera ses 27 ans, ne peut être que bonne pour lui.

Julien Benneteau

Deux finales en Malaisie et à Rotterdam (où il élimina notamment Roger Federer), deux titres en double avec Nenad Zimonjic à Monte-Carlo (contre les frères Bryan) et Washington ainsi qu'un quart de finale à Wimbledon. Des troisièmes tour en Grand Chelem à l'Open d'Australie, Roland-Garros et l'US Open. Voici le bon bilan de Julien Benneteau en 2013. Ainsi qu'une honorifique distinction avec l'Ordre National du Mérite pour sa médaille de bronze l'année dernière à Londres avec Richard Gasquet. Julien Benneteau reste de plus au même niveau depuis plusieurs années, quelque chose d'assez difficile à faire dans la durée. Profitant de l'ombre du quatuor Gasquet-Tsonga-Paire-Monfils, le Tricolore n'aura rien à perdre en 2014. A suivre...

Nicolas Mahut

L'année 2013 fut l'année d'une rédemption extraordinaire pour l'Angevin. 173ème début juin, l'homme qui a participé au match le plus long de l'histoire a terminé l'année dans le top 50. Impressionnant. De plus, Nicolas Mahut a enfin remporté un tournoi. Et même deux. Le premier à Hertogenbosh, le deuxième à Newport. En double, un exercice qu'il apprécie, il a gagné avec Edouard Roger-Vasselin le tournoi de Newport ; avec Jo-Wilfried Tsonga, il a atteint la finale de l'Open de Moselle. Enfin, avec Michael Llodra, il a réalisé sa performance de l'année en atteignant la finale de Roland-Garros, mettant de plus un coup de projecteur sur l'exercice à deux, la finale étant retransmise en clair, en direct et en intégralité sur France Télévisions. Dorénavant, Mahut devra viser le top 32, donnant du même coup une place de tête de série dans les tournois du Grand Chelem. Et avec l'ascension fulgurante qu'il a connu ces derniers mois, on ne peut que penser que celà sera le début de quelque chose...

mahut et llodra finalistes à paris | Create infographics

Edouard Roger-Vasselin

Edouard Roger-Vasselin vient de fêter ses 30 ans. Souvent anonyme en dehors de Roland-Garros pour le grand public, "Dude" a atteint pour la première fois une finale en simple à Delray Beach où il s'est incliné face au Letton Ernests Gulbis, irrésistible cette saison. En double, cette saison a également été prolifique avec pas moins de trois titres : à l'Open du Japon, à Atlanta et à Newport plus une finale à Bogota. Et peut-être en clou du spectacle, une demi-finale avec l'Indien Rohan Bopanna à Wimbledon. Le double, la spécialité du Francilien le hisse au plus haut niveau. A la fin de l'année, Roger-Vasselin se place en 17ème position à l'ATP et n°1 français de la spécialité. En 2014, il cherchera sûrement à gagner son premier tournoi en simple et à continuer sur sa lancée en double. Ou encore mieux...

Adrian Mannarino

Grosse saison pour Adrian Mannarino. Débutée à la 192ème place mondiale, il la conclua par une 60ème place au classement ATP. Entre-temps, un magnifique huitième de finale à Wimbledon, un troisième tour à Roland-Garros mais aussi deux Challengers, à Nouméa et Sarajevo. La saison de la confirmation de son talent puisqu'il avait déjà titiller le top 50 il y a deux ans maintenant. Volée, retour et sens tactique sont ses principaux points forts. Mais il faudra varier son jeu en 2014 car il sera désormais attendu par les autres joueurs du circuit. A 25 ans, le Parisien va vivre une saison 2014 cruciale pour la suite de sa carrière.

Crédits photographiques : ©FFT, Panoramic, Patrick Kovarik/Agence France-Presse, Getty Images et Droits Réservés