Que cette finale de Wimbledon 2014 fut belle : analyse tactique et statistique

TRIBUNE. Que dire de cette finale sinon qu'elle était belle ? Par delà le spectacle de grande qualité, où s'est-elle gagnée, où s'est-elle perdue ? Eclairage tactique.

Que cette finale de Wimbledon 2014 fut belle : analyse tactique et statistique
©AP/Pavel Golovkin

Enfin une finale de Grand Chelem en 2014 pendant laquelle personne ne se blesse ou fait semblant de l’être pour mieux perturber l’adversaire. Enfin une finale de Grand Chelem en 2014 où l’on cherche à marquer des points gagnants et non pas à faire déjouer l’adversaire. Certes, la surface s’y prête. Certes, l’opposition de style entre ces deux champions a souvent conduit a des matchs haletant et pleins de suspens et de rebondissements. Mais tout de même.

Des enjeux complètement différents

Dimanche ; la finale. En bon petit soldat du stylo, j’avais préparé mon compte-rendu sur cette merveilleuse finale pour en décortiquer les points clés et déterminer où et quand cette finale s’était gagnée ou perdue. Mais en relisant mon papier, j’ai juste eu envie de le jeter au panier, et de regarder cette finale. Encore. J’y ai vu des nouvelles choses. Et j’ai vibré. Encore. Quel match magnifique. Ca y est. J’avais tout compris cette fois. C’est si simple le tennis de très haut niveau. Je me lance une nouvelle fois et voilà.  Je relis et me voila de nouveau insatisfait. Mon analyse n’est toujours à la hauteur de ce match d’anthologie. Au panier ! Et si je revoyais ce match pour la troisième fois ? Sans penser a mon article. Juste pour le plaisir.

©AFP/G.Kirk

Les enjeux sont simples. Pour Novak, rien de moins que la 1ère place mondiale en jeu et surtout arrêter cette série de cuisantes défaites en finale où il a déjoué. L’année dernière, ici face à Murray. En finale de l’US Open 2013 face à Nadal où il s'est fait martyrisé par le coup droit décroisé du revenant espagnol. Duel technique et tactiqueEt bien sûr à Roland-Garros ou il a sombré, physiquement, rouge, le souffle court, sous le poids de la pression énorme qu’il s’était mise, incapable de répondre au changement tactique de Nadal. Pour Federer, un huitième titre a Wimbledon, un dix-huitième titre du grand Chelem et la validation majuscule de ses choix : son changement de raquette, sa collaboration avec Stefan Edberg et la volonté de concilier une vie de sportif de haut niveau avec celle d’un père de famille nombreuse.

Le service de Federer contre le retour de Djokovic. Le revers a deux mains du Serbe face au coup droit du Suisse. La volée de l’Helvète défiant le passing du Slave. Le jeu de jambes et la rage de vaincre de Nole pour contrarier les inspirations et le rythme de Rodgeur. Roger et Novak collés à la ligne de fond de court dans un duel pour la gloire. Devant le Duc et la Duchesse de Cambridge enthousiaste et un central dans l’attente d’un grand spectacle. Le match peut commencer. Ready ? Play ("Prêt ? Jouez" en français).

Federer le plus malin en début de match

Novak sert le premier. Sur le troisième point bien retourné, croisé par Federer, qui croise  aussi son revers très long pour terminer au filet par une amortie de volée de revers croisé pour marquer le point, on a compris. Federer va attaquer dès qu’il en a la possibilité et essayer d’emballer le match. Une variété d'échanges extraordinaireFederer sert le coup droit de Djokovic dans la ligne d’égalité pour s’ouvrir le court. Sur une montée à la volée de Federer il tente un joli lob et vient conclure d’une belle volee amortie de revers. Il est là et il saisira toutes les chances qui s’offriront à lui.  Les deux joueurs jouent bien. Ensemble. Peu de déchets. Beaucoup de jolis points. Beaucoup de points gagnants. Contre-pieds. Passings. Retours de services en coup droits  et en revers. Smashs de revers. Toute la panoplie y passe. Affrontement revers slices contre revers slices. Les balles sont longues, jamais dehors. Les longs échanges de plus de 20 coups alternent avec les one-two punchs classiques du jeu d’herbe.

©Eurosport

J’ai cette impression que Novak est légèrement devant, un peu plus à l’aise sur sa mise en jeu, mais que Roger s’accroche.  Apres 50 minutes de superbe tennis, nous voilà dans le tie-break. Roger fait immédiatement le mini break. Nokak revient. 7-8, service Novak, l’échange se met en place et Novak met la balle dans le filet. Surprise. Roger vient de remporter le 1er set. Aucune balle de break de chaque côté dans ce set. Les statistiques confirment mon impression, Novak a servi quatre aces contre trois à Roger ; il a un meilleur pourcentage de premières balles : 71% contre 60% a Novak, mais il en a servi plus 49 contre 40, ce qui confirme qu’il est moins à l’aise sur son service. Novak n’a perdu que quatre points sur son 1er service, contre neuf à Roger. Djokovic a produit 18 points gagnants contre 16 cote Federer,  inscrit 46 points contre 43 a Federer et fait huit fautes non provoquées contre sept.  C’est cette erreur-là, ce coup droit facile dans le filet qui lui coûte ce set conclue par le célèbre "Come on" (semblable au "Vamos" de Toni Nadal et au "Allez" de Benoit Paire) de Roger Federer.

Djokovic refait surface

Le visage de Djokovic ne montre aucun signe d’agacement ou de renoncement. Il est motivé. Il ne panique pas. En revanche une chute, une de plus sur ce central, au 1er jeu, Djokovic chute ; sans conséquencesnous a fait paniquer pour lui. Il semble jouer moins bien, se déplacer moins, être moins concentre. Mais fait quand même le break pour mener 2-1. Il reçoit un traitement pour sa cheville gauche. Novak se remet à jouer très bien. Federer continue à se battre mais il ne pose pas trop de problèmes à Novak sur son service. 5-4. Novak sert pour le set. Jeu disputé. Federer ne veut rien lâcher. Il se procure une balle de break 30-40. Sauvée. Djokovic vient chercher le set sur un smash. 1 set partout.

©AFP

Les statistiques confirment mon impression, Novak est toujours un soupçon mieux que Roger, même s’il n’a a servi qu’un ace contre cinq à Roger, qui a maintenant un moins bon pourcentage de premières balles : 60% contre 71% a Novak. Les deux hommes ont le même nombre de premier service : 35. Chacun n’a perdu que six points sur son 1er service. Djokovic a produit 18 points gagnants contre 11 cote Federer, moins a l’attaque, neutralisé par la longueur de balle de Novak, qui a inscrit 37 points contre 33 à Federer et fait six fautes non provoquées contre quatre. Surtout Novak a eu trois balles de break et en a converti un, Federer n’en a eu qu’une qu’il n'a pas réussi à convertir.

Un troisième set décisif

Chacun de nos deux protagonistes sait que le gain de ce set est "capitalissime", et permettra de gérer la suite de la rencontre avec moins de pression. Les deux joueurs se montrent hostiles en retour,  agiles au filet, perforants et intraitables au service ; pas une balle de break ; mobiles en couverture de terrain. Federer traverse une période sansDu grand tennis. Les points sont toujours aussi spectaculaires. Comme au premier set, on se retrouve surpris par l’arrivée du tie-break. Djokovic est le premier à faire le mini break sur une hésitation de Federer lors d’un enchainement service volée. Ce mini break semble couper le rythme de Federer qui semble moins bien traverser la balle en coup droit et moins en jambe. A 6-4, Djokovic continue son travail de sape et fait jouer un revers à un Federer en manque d’inspiration. Il sort. 2 set à 1, Djokovic.

©Reuters

Les statistiques sont intéressantes. Novak a servi un ace contre treize à Roger, qui a un meilleur pourcentage de premières balles : 83% contre 60% a Novak, mais il en a servi plus 40 contre 36 que Novak, un peu mois a l’aise sur son service en revanche c’est la faillite sur son second service qui lui coûte le tie-break en ne gagnant que deux points sur sept secondes balles, alors que Novak en a gagné 10 sur 13. A la volée, Novak s’est montré plus réalistes gagnant cinq points sur huit présences au filet alors que Federer n’en a réussi que 5 sur 10. Passé par Djokovic. Djokovic a produit 14 points gagnants contre 19 cote Federer, inscrit 39 points contre 37 a Federer et fait deux petites fautes non provoquées contre quatre a Federer. On appelle ça du tennis pourcentage. Mais c’est encore beau et spectaculaire.

L'incroyable remontée de Federer

Le manque de mobilité, d’imagination et de réussite de Federer lors de ce tie-break sont de mauvais augures pour ce set. Mené 2 sets a 1, il doit passer la vitesse supérieure. Mais en a-t-il les moyens ? Break DjokWovic sur un coup droit décroisé qui sort de Federer. Le match semble s’acheminer doucement vers une conclusion inéluctable. Djokovic ne concrétise pas ; Federer en profite Djokovic le sent. Il respire profondément en serrant le point avant de servir. Federer se rebelle, retrouve du mordant et du punch sur son coup droit. 15-40. Et il revient. 3-2 Djokovic. Mais perd ce précieux de-break au jeu de service suivant. 4-2 Djokovic. 5-3, Djokovic qui sert pour le match. 30-40. Sur un revers long de ligne de Federer, Djokovic pris de vitesse glisse. Federer n’a plus qu’à jouer sans trembler son coup droit le long de la ligne alors que Novak a le nez dans le gazon. 5-4 Djokovic. Balle de match Djokovic, sauvée par un ace de Federer, annoncé faute et validé par le Hawk-Eye. 5-5 partout. Federer break Novak. 6-5 Federer. Qui sert pour le set ? Qui gagne son service et le set de ce match de folie ? Le génie suisse nous offre, grâce a une remontée improbable, un cinquième set qui ravit tous ceux qui ne voulaient pas que ce match se termine.

​Mais que nous disent les statistiques de ce set de folie, pendant lequel la tornade Helvète a retardé le sacre d’un Djokovic qui s’y voyait déjà ? Novak n’a pas servi d’ace contre cinq à Roger, qui a un meilleur pourcentage de premières balles : 69% contre 59% a Novak, qui en sert toujours moins 32 contre 40 pour Roger. Le nombre de points gagnés par Novak est indigne d’un joueur de son niveau 8 sur 19 soit 42%, alors que Roger tient la baraque avec 20 sur 27 soit 74%,  mais de gros problèmes en secondes balles avec seulement 3 point sur 12, un minuscule 25%, Novak est solide a 9 sur 13 soit 69%. La stat' intéressante est les points gagnés au filet avec 13 sur 16 : on a retrouvé un Federer offensif surtout dans la seconde partie de set. La staté des balles de break est intéressante. Après un match qui n’avait offert qu’un break avec deux sets sans balle de break, Federer en a réussit 3 sur 5, 60%, alors que Novak reste à 2 sur 6, 33%. Djokovic a produit huit points gagnants seulement contre seize coté Federer, inscrit 33 points contre 38 à Federer, c’est le premier set qu’il remporte au point, et fait cinq fautes non provoquées contre sept à Federer. La fatigue semble dérégler un peu ces deux belles mécaniques, mais le suspens est à son comble. Federer va-t-il surfer la vague qui va l’amener jusqu’au trophée ? Novak saura-t-il se faire mal pour briser sa mauvaise série de défaites en finale de Grand Chelem ?

Un cinquième set à sens unique

Chaque joueur se montre intraitable sur son service jusqu'à 4-3 Djokovic et 30-40. Premier hoquet sur le service Federer. Il sauve la balle au filet. Comme un très grand. Second hoquet de Federer avec un smash dans le filet a 4-4 15A, service Djokovic. Djokovic ne reproduit pas les mêmes erreurs qu'au quatrième setTroisième hoquet de Federer, 5-4 Djokovic, 15-40. Balle de match Djokovic. Sur un échange anonyme sans véritable difficulté, Federer balance un revers dans le filet. C’est fini ! Djokovic gagne le tournoi, met fin a son horrible série de finales perdues, redevient numéro 1 mondial et se qualifie pour le Masters de Londres (déjà). Federer a montré son retour en forme, que son association avec Edberg avait un sens et revevient numero 1 Suisse. On sent même qu’il peut encore progresser et être encore plus agressif.

©AFP

Non, je n’ai pas mis, ni commenté les stats du 5ème set.  Pas besoin de faire de la philosophie ou des mathématiques, le meilleur des deux a gagné et je salue les artistes pour cette superbe finale. Il reste un bout de saison sur gazon à Newport aux US. Certains vont se retrouver sur de la terre battue a Bastad et Stuttgart pour la dernière année car il passe sur gazon l’an prochain, mais on attend le retour des cadors le 4 août, a Toronto, tournoi dans lequel Nadal défend son titre. Ca va cogner !

A bientôt pour encore plus de petites balles jaunes !