Hambourg : Mayer, vainqueur surprise de Ferrer en finale

Au tournoi de Hambourg ce dimanche, Leonardo Mayer, tombeur de Philipp Kohlschreiber au tour précédent, a battu David Ferrer en finale. L'Espagnol montre alors qu'il n'est pas dans la forme de sa vie.

Hambourg : Mayer, vainqueur surprise de Ferrer en finale
Mayer, vainqueur de Hambourg (C) Puntodebreak

Quand on parle de Mayer en tennis, on a plutôt l'habitude d'évoquer l'Allemand Florian Mayer. Cette semaine, c'est l'Argentin Leonardo Mayer qui a fait parler de lui. Tout d'abord par le biais d'un parcours parfait pour arriver en finale : Peter Gojowczyk, Guillemo Garcia-Lopez (tombeur de Wawrinka à Roland Garros), Domenic Thiem (jeune espoir du tennis mondial), Dusan Lajovic et Philipp Kohlschreiber n'ont pas réussi à glaner le moindre set contre Mayer. Alors que son adversaire du jour, David Ferrer, a eu du mal à se glisser en quart de finale, avant d'exterminer Pablo Andujar et surtout la révélation du tournoi, le jeune de 17 ans Alexander Zverev. 

David Ferrer, rentrant dans son match avec sérieux, a réussi à s'adjuger la première manche, mais cédait quand même pas mal sous les coups de boutoirs de son adversaire du jour, qui, étonnamment sur terre battue, brille par son revers à une main quasiment à plat. Un gros service, un coup droit intéressant et un revers très solide sur le tournoi ont permis à l'Argentin de se hisser en finale, et même de laminer David Ferrer dans la seconde manche (6-1), alors qu'il venait de perdre le premier set au tie break.

Dans le set décisif pour le titre de Hambourg, David Ferrer a d'abord affiché sa fébrilité du moment, en faisant pas mal de fautes et n'ayant pas sa qualité de frappe habituelle. Breaké, il a attendu que Leonardo Mayer serve pour le match pour se réveiller un peu, profitant malgré tout des cadeaux de l'Argentin. Passé de 5-3 à 5-6, il s'est réveillé pour accrocher un jeu décisif, face à un Ferrer qui semblait être redevenu lui-même. Dans ce tie break, les rôles sont redevenus comme au début du set, avec un David Ferrer fébrile et un Leonardo Mayer tranquille et solide, l'Ibérique ne pouvait résister. 

Scène un peu rare pour "le Pou", il s'est fortement agacé après la rencontre, semblant se frapper avec sa raquette assis sur sa chaise. Montrant sa fébrilité actuelle, au lieu de la solidité qu'on lui prête depuis maintenant trois saisons. De son côté, Leonardo Mayer devra confirmer les espoirs qu'il a laissé entrevoir cette semaine, et pourquoi pas avant l'US Open intégrer le top 30.