J.-W. Tsonga : "J'espère continuer de gagner"

En conférence de presse suite à sa victoire en finale du Masters 1000 de Toronto, Jo-Wilfried Tsonga a mis en avant le travail effectué pour conquérir ce titre et annonce que ce n'est qu'un début.

J.-W. Tsonga : "J'espère continuer de gagner"
©Tous Droits Réservés

Journaliste : Félicitations Jo-Wilfried. Comment vous sentez-vous après avoir remporté votre second Masters 1000 ? Pouvez vous comparer ce titre avec le premier que vous avez remporté à Paris ?

Jo-Wilfried Tsonga : Je vais bien. Vous savez, je ne pense qu'au moment qui se passe actuellement, je ne réalise pas vraiment comment j'ai réalisé cet exploit cette semaine. C'est complètement différent de ma victoire à Paris. À Paris, c'était la première fois, devant ma famille, tous mes amis. Je pense que j'ai gagné en ne jouant pas à mon meilleur niveau à Paris. Mais ici, j'ai gagné en jouant à mon niveau, avec mon jeu. J'ai joué toute la semaine. J'ai battu de bons gars. Vous savez, c'est un achèvement pour moi parce que j'ai travaillé dur pour revenir après ma blessure au genou l'année dernière. Pour moi, c'est juste un plaisir d'être face à vous [les journalistes] et de vous parler après avoir remporté ce tournoi. [Il sourit]

J'ai gagné en jouant à mon meilleur niveau, avec mon jeu.

Vous vous rencontriez avec Roger Federer pour la seizième fois. C'était votre troisième match cette année. Quelle a été la différence dans le jeu, avec l'Open d'Australie par exemple ?

Après avoir perdu deux matchs de suite face à lui, je me suis dit que celà faisait beaucoup et je me suis mis à travailler de mon côté. À l'Open d'Australie, j'avais un problème à mon genou, mais je jouais assez bien. Roger avait juste fait un bon match. Mais je pense que dans ce tournoi [Toronto], j'étais plus fort. Depuis des semaines, je jouais de mieux en mieux. Je jouais bien à Roland Garros. Ensuite, je jouais bien à Wimbledon. Aujourd'hui, je pense que j'étais le meilleur joueur.

©AP

Vous avez éliminé beaucoup de membres du top 10 cette semaine. Avez-vous le secret de vos victoires ?

Malheureusement, je n'en ai pas le secret. Tout le monde m'a vu peut-être faire de beaux points, de belles frappes mais avant j'ai beaucoup travaillé, je savais avant pourquoi. J'ai attendu depuis longtemps avant d'arriver à mon niveau actuel. Vous pouvez maintenant m'observer à mon meilleur niveau. Aujourd'hui, j'étais bon. Je ne pouvais pas anticiper que je serai si bon, mais ce qu'il s'est passé est une bonne chose pour moi.

Je suis à mon meilleur niveau.

Comment vous sentiez-vous après la perte de vos challenges dans le second set ? Êtiez-vous inquiet après ce moment, est-ce que celà a été un problème pour vous ?

Ce n'était pas un problème, j'ai juste demandé un autre challenge car je n'était pas sûr [non accordé car les trois étaient utilisés]. C'est tout. Mais j'ai décidé de croire l'arbitre. Maintenant, c'est du passé car j'ai gagné et que je ne souhaite pas changer ça.

A deux semaines de l'US Open, vous avez envoyé un message fort à vos adversaires, la pression sera-t-elle plus forte pour vous ?

Pas vraiment. Ce qui est fait est fait et je ne vais pas changer ma manière de jouer et continuer à travailler. Cette victoire me donne beaucoup d'énergie pour la reste de l'année, bien sûr. Mais je vais continuer à travailler les prochains mois et je vais essayer de continuer de gagner.

©Zuma / Panoramic

Roger Federer avait beaucoup de supporters dans les tribunes...

Voilà pourquoi vous jouez contre Roger. Vous savez que vous jouerez toujours contre un public acquis à sa cause, parce qu'il accumule les performances, que Roger est un bon gars et que ça fait longtemps qu'il joue au tennis. Et il mérite celà.

Je vais continuer à travailler.

Je crois que c'est votre 11ème tire ATP. Pensez-vous que celui-ci est une bonne chose pour la suite de votre carrière ?

Je pense que c'est une nouvelle motivation pour moi parce que l'année dernière, je perdais souvent et que c'était une véritable frustration pour moi. Mais aujourd'hui que j'ai gagné ce tournoi, mon ambition sera plus grande et oui, c'est bon pour ma carrière.

Pensiez-vous retrouver un jour un tel niveau de jeu après votre blessure à un genou en 2013 et une première partie de 2014 décevante ?

Oui, c'est sûr. Mais vous savez, vous avez toujours ce doute. J'ai décidé d'être un joueur de tennis professionnel et c'est la condition à accepter pour être le meilleur.

Traduit de l'anglais par Arthur Massot