La relève est là !

Souvent décriée, la relève du tennis masculin tricolore est pourtant belle et bien présente. Tour d'horizon des jeunes tennismans français qui pointent le bout de leurs nez et qui pourraient exploser durant la future saison 2015.

La relève est là !
En haut Lucas Pouille et Mathias Bourgue, en bas Laurent Lokoli et Johan Sebastien Tatlot

Lucas Pouille (20 ans/205è)

C'est certainement le plus connu de tous. Invité dans le grand tableau de Roland Garros l'an passé alors qu'il n'était que 324è mondial, . Il avait ensuite baissé pavillon face au Bulgare Grigor Dimitrov (seulement 28è à l'époque !). Membre des équipes de France jeunes, c'est évidemment un protégé de la fédération. Il a toutefois souvent été victime de nombreuses blessures qui ont freiné son apprentissage au haut niveau. C'est finalement au cours de l'année 2012 qu'il parvient à remporter deux Futures au Mexique en fin de saison.

Entrainé par Emmanuel Planque, ancien coach notamment de Guillaume Rufin, le nordiste base son jeu sur un service efficace et un coup-droit puissant. Grâce à son résultat marquant Porte d'Auteuil il bénéficie de l'aide de la fédération recevant l'invitation accordée à la France par la fédération australienne pour le premier Grand Chelem de l'année. Il déçoit quelque peu en s'inclinant d'entrée face au Serbe Lajovic tout aussi inexpérimenté que lui à ce niveau. Après une tournée de Challengers sans résultats marquants, il est absent des courts durant un mois pour une blessure à l'épaule. De retour pour une tournée sur terre-battue en Amérique du Sud, il s'incline par trois fois dès le premier tour. Le premier rayon de soleil de sa saison arrive au mois de Mai où, après avoir appris qu'il allait bénéficier d'une invitation pour participer à son second Roland Garros, il s'extirpe des qualifications du tournoi de Nice en battant deux top 100 (Devvarman et Young). Malheureusement le tournoi de Roland Garros ne lui réussit pas comme en 2013 et il s'incline assez sèchement face à l'Argentin Juan Monaco. Toutefois cela ne l'empêche pas de retrouver de la confiance car il enchaine deux demi-finales sur des Challengers. Joie de courte durée car dès Juillet il se reblesse au poignet cette fois et est absent des courts durant deux mois.

S'il parvient à se débarasser de ces blessures récurrentes, il a tout pour monter rapidement au classement et pouvoir se confronter aux meilleurs mondiaux comme il l'a démontré la saison passée. En 2015 il a l'occasion de monter très haut au classement ATP.

Mathias Bourgue (20 ans/260è)

L'un ne va pas sans l'autre. Partenaire de chambrée à la FFT, Lucas Pouille et Mathias Bourgue sont dans le même groupe de travail et se retrouvent souvent en compétition ensemble. Seulement Bourgue a eu plus de difficulté que son compère à franchir le cap entre les juniors et les pros. 398è mondial en fin de saison 2013, il ne pouvait donc accéder aux qualifications de Grand Chelem ou encore aux tableaux des tournois Challengers. Après une fin d'année 2013 prometteuse, la fédération lui accorde des invitations pour participer à la fois au Challenger de Nouméa et aux qualifications de l'Open d'Australie.

Malchanceux, il va être victime d'une piqûre au pied causée par un poisson tropical sur les plages de Nouméa. Sa saison ne débute donc qu'au mois de Février par une tournée en Inde où il n'atteint qu'au mieux les demi d'un Future. Direction ensuite l'Amérique du Sud où il met doucement en place une nouvelle philosophie de jeu bien plus basé sur l'offensive. Il parvient ainsi à se défaire du Brésilien Dutra Da Silva membre du top 150 mondial chez lui à Santos. Après sa mésaventure en Nouvelle-Calédonie, il tient sa place pour les qualifications de Roland Garros où il bat successivement le Canadien Diez et l'Argentin Gonzalez. Il a seulement été stoppé par l'expérimenté Italien Lorenzi en trois manches. Ensuite il se lance dans une tournée en Europe de l'Est (Bulgarie, Croatie et Roumanie) pour emmagasiner un maximum de points et remonter au classement ATP. Cette tournée se transforme en démonstration puisqu'il remporte six des septs tournois qu'il dispute. Avec un total de 32 victoires consécutives pour seulement cinq sets concédés, il réussit à faire une entrée fracassante dans le top 300 et à justifier tous les espoirs placés en lui. Grâce à cette tournée victorieuse, il obtient une invitation pour disputer les qualifications de l'US Open. Battu d'entrée par l'Allemand Beck 115è mondial et qui réussira à s'extirper ensuite de ses qualifications, Bourgue aura accumulé une expérience supplémentaire. Nouvelle preuve de sa confiance retrouvée, il a battu cette semaine au Challenger de Brasov l'Argentin Arguello 120è mondial et spécialiste de la surface ocre.

Grâce à ces nouveaux points accumulés, il se retrouve désormais dans les clous pour rentrer dans les qualifications de Grand Chelem et dans les tableaux de Challengers. Avec un jeu offensif taillé pour ces tournois, il a tout pour espérer aller le plus haut possible.

Tristan Lamasine (21 ans/257è)

Il ne fait pas de bruit et pourtant il est en train de réaliser une saison plus que très bonne. Lui aussi pensionnaire du CNE, il est pris en charge par Laurent Raymond (ancien coach de Fabrice Santoro entre autres) et ne cesse de progresser année après année. Finaliste des Championnats de France 15/16 ans en 2009 puis dans la catégorie 17/18 ans en 2010, il parvient à s'octrôyer le titre national en 2011.

Le natif de Thiais n'était encore que 850è à l'issue de la saison 2012. En continuant à écumer les tournois Futures, il arrive à se faire sa place même s'il ne parvient pas encore à remporter le moindre tournoi. Finaliste du Future de Nevers, où il est seulement battu par Vincent Millot, il ait tomber successivement des joueurs plus expérimentés que lui tels que le Suisse Bohli ou ses compatriotes Dasnières de Veigy, Sakharov et Guez. De nouveau finaliste dans un Future en Turquie en fin de saison (battu par le Tchèque Minar ex 62è), il conclue l'année dans les 600 premiers mondiaux. C'est véritablement au cours de cette saison 2014 qu'il réussit à franchir un cap puisqu'après trois mois de compétition, il a déjà atteint à deux reprises les finales de tournois Futures. La délivrance arrive finalement en Avril où il remporte un Future en Grèce, son premier trophée en professionnel. En Juin il remet le couvert et remporte le Future de Montauban où il bat des joueurs mieux classés que lui tels que le Belge Desein ou son compatriote Vaisse. Entre temps il franchit un tour aux qualifications à Roland Garros en bénéficiant d'une invitation.

Désormais dans les 300 premiers mondiaux, il décide de s'engager sur des tournois Challengers et ça marche ! Alors qu'il n'avait jusque-là jamais remporter le moindre match dans cette catégorie de tournois, il réussit à atteindre les demis où il ne sera battu que par le futur vainqueur. Cette semaine il renouvelle l'expérience en se qualifiant pour les demi du Challenger d'Alphen et en battant au passage l'Espagnol Gimeno Traver 101è mondial en deux manches. Sans cesse en progression et capable d'être efficace sur toutes les surfaces, il pourrait devenir l'une des surprises du tennis français pour les prochaines années.

Laurent Lokoli (19 ans/328è)

Il a fait le buzz lors de la dernière édition de Roland Garros en s'extirpant du tableau de qualifications mais aussi en réalisant quelques pas de breakdance en compagnie de Gaël Monfils. Le Corse qui chérit tant sa région n'est pas un inconnu pour les suiveurs du tennis tricolore. Champion de France des 15/16 ans en 2011 mais aussi vainqueur de l'Orange Bowl en 2010, c'est donc logiquement l'un des espoirs français depuis quelques années. Intégré à l'INSEP depuis qu'il a 17 ans, il écume les tournois Futures et Challengers depuis deux saisons.

Finaliste d'un Future en Finlande puis vainqueur la semaine suivante dans un Future en Autriche (à chaque fois sur terre-battue), Lokoli grimpe au 550è rang mondial. Il décide alors de privilégier des qualifications de Challengers pour se confronter à des joueurs mieux classés. Bien lui en a pris puisque dès son premier tournoi disputé à Meknès, il atteint les demi-finales du tournoi marocain en écartant au passage Florent Serra. Grâce à cette performance il conclue sa saison au 444è rang mondial. Malgré l'éclaircie médiatique provoquée par Roland Garros, sa saison 2014 n'a rien de flamboyante. Avec seulement 16 victoires pour 22 défaites, il stagne au classement malgré son tempérament offensif toujours aussi présent. Depuis plusieurs mois coaché par Thierry Tulasne, l'entraineur historique de Gilles Simon, Lokoli va devoir franchir un palier dans les prochains mois afin de ne pas trop stagner au-delà de la 300è place mondiale ce qui signifie qu'il n'a pas accès aux qualifications des Grands Chelem mais aussi aux tableaux des Challengers.

Johan Sebastien Tatlot (18 ans/626è)

Souvent comparé à Jo-Wilfried Tsonga pour son physique et son style de jeu, Johan Sebastien Tatlot est parti sur de bonnes bases. Le Martiniquais est membre des équipes de France jeunes depuis 2008. Finaliste des Championnats de France 13/14 ans en 2010 où il s'incline face à un certain Quentin Halys, il perd une nouvelle fois à ce stade de la compétition dans la catégorie 15/16 ans face au Mauricien Enzo Couacaud. Il chute de nouveau sur la dernière marche l'année suivante en gâchant cinq balles de match face à Halys. Dès 2012 il se lance avec succès sur les tournois juniors car il remporte un tournoi aux Pays-Bas. En 2013 c'est la confirmation et le protégé de l'ancien joueur Jean-Christophe Faurel remporte les tournois relevés de la Banana Bowl et de l'Asuncion Bowl.

Sur le circuit professionnel, il réussit à se faire un nom en atteignant par exemple la finale du Future de St Gervais à seulement 17 ans et quatre mois. Il atteint enfin le graal national en remportant les Championnats de France dans la catégorie reine des 17/18 ans. En Novembre dernier il parvient aussi à gagner son premier titre chez les professionnels dans un Future en Grèce. Il conclue sa première saison, où il a mêlé tournois juniors et pros, dans les 600 premiers mondiaux au classement ATP mais aussi dans le top 10 chez les juniors. En 2014 il atteint les 1/2 du tournoi junior de Wimbledon ainsi que les 1/4 à Roland Garros. Il monte ainsi au 5è rang mondial et décide de ne pas prendre part au tournoi junior de l'US Open pour se consacrer totalement au circuit professionnel. Bien lui en a pris car il remporte le second Future de sa carrière en Belgique il y a seulement deux semaines. Il va ainsi se rapprocher des 500 premiers mondiaux et ne devrait pas en rester là d'ici la fin de la saison. Les organisateurs des tournois Challengers devraient certainement être attentifs à ses prochains résultats pour être tenter de l'inviter.

Quentin Halys (17 ans/771è)

Natif de Bondy, c'est le plus jeune joueur présenté dans cet article. Intégré au Pôle France de Poitiers dès 2008, c'est à partir de 2010 qu'il se fait remarquer en remportant successivement les Championnats de France 13/14 ans, les Championnats d'Europe des 14 ans par équipes ainsi que le tournoi des Petits As. Il efface ainsi des tablettes Richard Gasquet vainqueur onze années plus tôt. Grâce à ces résultats il intègre la même année l'INSEP. A seulement quinze ans il réussit l'exploit d'atteindre les huitièmes de finale du tournoi junior de Roland Garros. Dans la lancée de cette performance, il réussit à remporter deux matchs dans le Future de Blois. En 2012 il est sacré champion de France 15/16 ans en battant de nouveau son camarade d'entrainement Johan Sebastien Tatlot. Reconnu pour sa maturité à son jeune âge, la fédération lui accorde une invitation pour les qualifications de Roland Garros. Il réussit la performance de battre le Taïwanais Jimmy Wang, ce qui est chose rare pour un joueur aussi jeune. En fin de saison, il s'incline en finale des Championnats d'Europe junior face au Russe Khachanov.

Demi-finaliste à l'Open d'Australie Junior puis à Roland Garros, il atteint la 3è place mondiale en junior. Champion d'Europe junior en battant son compatriote Corentin Denolly, il semble passer un cap ces derniers mois. Avec un jeu plus efficace et un physique plus etoffé, il est encore en lice cette semaine à l'US Open junior où il est qualifié pour les demis. Cependant il n'a pas encore réussi de performance majeure dans les tournois professionnels. Avec seulement cinq victoires cette saison et notamment une série de défaites entre Mars et Mai, il n'a pas encore fait parler la poudre. Il a atteint les demi du Future de St Gervais en Juillet dernier et cela signifiait le début de sa bonne forme. Il pourrait donc se montrer pour les derniers mois de la saison et notamment pour la saison en indoor qui va débuter d'ici quelques semaines.

Mais aussi Enzo Couacaud (19 ans/452è), Maxime Hamou (19 ans/524è), Grégoire Barrere (20 ans/623è), Théo Fournerie (17 ans/755è), Calvin Hemery (19 ans/780è), Maxime Janvier (17 ans/781è) et Corentin Denolly (17 ans).