Marin Cilic roi de Flushing Meadows

Après une finale totalement maîtrisée (6/3 6/3 6/3), le Croate Marin Cilic a soulevé le trophée de vainqueur de l'US Open devant un Arthur Ashe Stadium comble et très reconnaissant de sa quinzaine exemplaire où la victoire face au Français Gilles Simon a été le déclic.

Marin Cilic roi de Flushing Meadows
© Droits réservés
Nishikori
0 3
Cilic

Une finale historique entre deux joueurs absents du top 10 sur un court légendaire, l’Arthur Ashe Stadium. Marin Cilic et Kei Nishikori, tombeurs assez faciles de Roger Federer et Novak Djokovic en demi-finales, se jouaient dans l’affrontement finale de l’US Open version 2014. Justement, pour revenir à cette année, 2014 sonne comme la fin d’une époque, d’une ère. C’est la fin de l’ultra domination et présence du Big Four (Nadal, Federer, Djokovic, Murray) lors des finales de Grand Chelem. En effet, en Australie, au début de saison c’est le Suisse Stanislas Wawrinka qui l’a emporté, ce succès a décomplexé tous les autres joueurs comme Nishikori, Raonic, Dimitrov ou Marin Cilic, vainqueur de son premier Grand Chelem à Flushing Meadows, là où, un an auparavant, il était mis sur la touche pour dopage à un stimulant présent dans un complément alimentaire.

L’événement n’a pas dépassé Cilic, loin de là

  • Le tout début de la rencontre, donné aux alentours de 17 heures à New York, est équilibré. Cependant c’est le Croate qui rentre le mieux dans le match et qui breake le premier, à 3/2 en sa faveur sur une faute en chop de coup droit de son adversaire après un revers. Marin Cilic, ultra solide sur ses jeux de service, conclu la première manche aisément à 6/3 alors que Kei Nishikori n’est pas en réussite (9 fautes directes pour 2 coups gagnants). Lors de la deuxième manche le récital du joueur de Goran Ivanisevic, vainqueur de Wimbledon 2001 après trois échecs en finale en 1992, 1994 et 1998, qui break son adversaire d’entrée grâce à un jeu en fond de court tout simplement énorme et dévastateur. Alors qu’il est mis en difficulté sur son engagement pour la première fois de la rencontre, Cilic réalise le double break pour mener 5/2 avant de se faire chiper son service pour la première fois de la finale. Mais sur le service nippon, et sur sa première occasion, le joueur Croate, sur un long coup droit décroisé, remporte la deuxième manche 6/3, comme la première. Du solide, du très solide. Le troisième et dernier set est du même acabit avec un break croate, de nouveau, à 2/1. Alors que les chances de come-back de Nishikori s’amenuisent (le dernier à l’US Open remonte à 1949), Marin Cilic ne lâche pas prise malgré une alerte à 15-40 à 4/2 en sa faveur. Mais la tête de série n°14 sauve deux balles de débreak avec, comme un signe, de s’offrir une balle de 5/2 sur une amortie passant de l’autre côté du filet à l’aide de la bande blanche. La voie royale est alors ouverte pour le vainqueur du Queen’s 2014 qui conclut la rencontre sur une dernière patate de fond de court. A noter que c’est la première fois de l’histoire qu’une tête de série numéro 14 remporte un tournoi du Grand Chelem et qu’il devient le deuxième Croate, après son coach Goran Ivanisevic, à remporter un tournoi du Grand Chelem. Avec ce succès Marin Cilic passe 9ème mondial alors que Kei Nishikori est un rang devant lui.
© Droits réservés
  • Les stats de la finale

Kei Nishikori
  • Stats
Marin Cilic
3 Aces 17
38/75 (51%) Pourcentage de 1er service 45/86 (52%)
1 Double-faute(s) 3
21/38 (55%) Pourcentage de succès après le 1er service 34/45 (80%)
22/37 (59%) Pourcentage de succès après le 2ème service 25/41 (61%)
19 Coups gagnants 38
30 Fautes directes 27
1/90 (11%) Balles de break converties 5/11 (45%)

La balle de match