Monfils ramène la France à 1-1

Il l'a fait. Au terme d'un match quasi-parfait pour lui, Gaël Monfils s'est imposé en trois sets face au numéro deux mondial Roger Federer 6-1, 6-4, 6-3. Après la victoire de Stanislas Wawrinka sur Jo-Wilfried Tsonga pour le premier match de cette finale, une défaite aurait placé les bleus en très mauvaise posture. Le dix-neuvième joueur mondial en a décidé autrement et égalise : une victoire partout.

Monfils ramène la France à 1-1
La rage de vaincre de Gaël Monfils a fait la différence. ©FranceTVsport

De son entrée sur le cours à la poignée de main avec son adversaire, Gaël Monfils a fait preuve d'une détermination et d'une rage de vaincre sans limite. Le Français déclarait hier que la rencontre se jouerait « plus dans la tête que dans le tennis ». Ce match, il l'a dominé dans la tête comme dans le tennis. Certains diront probablement qu'il n'a pas eu face à lui l'opposition prévue. Avant le match, il faut bien le dire, une question brûle toutes les lèvres : comment va le dos de Roger Federer ? Pas assez mal pour être une excuse. Le Suisse a couru et semblé plutôt en forme tout au long du match mais n'a jamais inquiété un Gaël Monfils proche de son tout meilleur niveau.

La victoire, et sans trembler :

Concentré et agressif comme rarement, le Français ne met pas longtemps à rentrer dans son match : ace sur son premier service. Il gagne ensuite tranquillement sa première mise en jeu. Federer lui répond en remportant à son tour son engagement ; le seul jeu pour le suisse au cours de la première manche. Et pour cause : au service comme en retour, Monfils frappe fort et agresse son adversaire. Une puissance symbolisée par ses 9 aces en seulement 4 jeux de services. Quand les points durent c'est encore mieux car c'est lui qui parvient systématiquement à dynamiter l'échange. Tout naturellement le Français s'envole et remporte le premier set six jeux à un.

De tels écarts en sa défaveur, Federer n'en a pas l'habitude. Le public Suisse qui rivalise avec les supporters français dans les gradins du stade Pierre Mauroy attend une réaction. Son champion entame mieux la deuxième manche et enchaîne les montées au filet réussies. Malgré cela il n'arrive pas à déstabiliser Gaël Monfils sur son service et le paye assez tôt. Le Parisien breake dès le 5ème jeu et parvient à conserver son avantage jusqu'au bout : 6-4. Ce n'est pas la première fois qu'il mène deux manches à rien face à l'Helvète cette année. En septembre à l'Us Open, il s'était déjà retrouvé dans cette situation mais s'était finalement incliné. Leçon retenue.

Conclure un match n'est jamais facile. Surtout quand on a en face de soi un joueur qui a absolument tout gagné ; à l'exception … de la coupe Davis. Mais cet après-midi, devant son public, rien ne fait peur au Français. Ce qui marque la troisième manche c'est la hargne du 19ème mondial sur chacun des points importants. Il harangue la foule dès que l'occasion se présente. Arnaud Clément voulait que son équipe se serve du public, ça tombe bien le show-man Gaël Monfils a ça dans le sang. À 5-3 sur le service de Federer il s'offre une balle de match. Il n'aura pas besoin d'autre occasion et s'impose sur son 44ème coup gagnant, énorme en seulement 3 sets.

Avec cette victoire la France recolle à 1-1 et se donne le droit d'y croire face à une Suisse clairement favorite. Le double de demain aura une importance capitale puisqu'il placera le vainqueur en position de forces avant les deux derniers simples dimanche.