Monfils dans la douleur, Lim et Johansson stoppées

Gael Monfils se qualifie face à Roger Vasselin difficilement. Alizé Lim et Mathilde Johansson, elles, s'inclinent.

Monfils dans la douleur, Lim et Johansson stoppées
Monfils dans la douleur, Lim et Johansson stoppées

Gael Monfils a assuré l'essentiel en se qualifiant pour le second tour de Roland Garros. Mais tout n'a pas été parfait loin de loin. En effet, il a ainsi eu besoin de quatre sets pour venir à bout de son compatriote Edouard Roger-Vasselin (6-2, 6-7, 6-1, 7-5) et 2 h 36 de jeu. Le Français sera opposé à l'Argentin Diego Schwartzman ou l'Autrichien Andreas Haider-Maurer au deuxième tour.

"Il était un peu tendu au début, il m'a donné pas mal de points. Mais j'ai eu une petite baisse de concentration au deuxième set. Il a été agressif, et a bien tenu au tie-break. Mais je m'en suis pas mal sorti, j'espère monter en puissance."

Si ca passe pour Gael Monfils, en revanche c'est terminé pour Mathilde Johansson et pour Alizé Lim. Mathilde Johansson, invitée par les organisateurs s'incline face à Britannique Heather Watson 45e mondiale en deux manches (6-4, 7-5). La Française a laissé passer sa chance dans le second set en ratant une balle d'une manche partout : "Comme j’ai repris il y a deux petits mois, et que mon classement a chuté, je n’ai pas pu jouer beaucoup de matches de ce niveau-là. Ça aurait été pas mal d’en avoir quelques-uns, parce que ça m’a manqué. Nous avons deux jeux totalement différents. Elle attendait que je fasse faute. Le match dépendait beaucoup que de moi. Lorsque j’ai eu une balle de set dans le deuxième, mon adversaire a très bien joué. Moi, je me suis un peu enflammée, j’ai tenté des coups qui n’étaient pas académiques. Elle a été solide et n’a plus rien raté."

De son côté, Alizé Lim, invitée par les organisateurs également, a été sortie dès son entrée en lice par la joueuse roumaine Andreea Mitu, 100e mondiale en deux sets (6-3, 6-2) : "Je sentais mon adversaire tendue en début de match et je me suis engouffrée dans la brèche pour bien démarrer. Mais j’ai raté des opportunités qui m’ont coûté cher. Elle a pris confiance et je n’ai plus trouvé la solution. Il m’aurait fallu une grosse frappe pour la déstabiliser. Ou espérer qu’elle se dérègle. Heureusement, je viens d’apprendre qu’on a reçu une wild-card pour faire le double mixte avec Jérémy "