Quand Nadal fait blacklister un arbitre

En février dernier, Rafael Nadal avait demandé à ne plus être arbitré par Carlos Bernardes, une demande acceptée par l'ATP.

Quand Nadal fait blacklister un arbitre
Quand Nadal fait blacklister un arbitre

Suite à un différend qui date du mois de Février lors du tournoi de Rio en Février dernier où Carlos Bernardes, l'arbitre de la rencontre avait reproché à Nadal de prendre trop de temps entre chaque points, l'Espagnol a avoué avoir demandé la mise à l'écart de l'arbitre pour ses matchs, requête que l'ATP a accepté: "Je n'ai aucun problème personnel avec lui, c'est un mec bien. Mais je ne crois pas qu'il soit le meilleur juge de chaise en ce moment. Il m'a mis plus de pression que les autres arbitres. De mon point de vue, il est injuste que les autres joueurs cassent des raquettes, en faisant le spectacle sur le court. Et tout cela est plus important qu'un retard de 5, 6 secondes entre deux points. Je ne peux pas accepter ça. Il n'a pas manifesté énormément de respect à mon égard. Pour nous deux, je pense que c'est bien de faire une petite pause en quelque sorte."

Après cette révélation, beaucoup de joueurs ont réagi. Du côté des défenseurs de Nadal,  on retrouve Stan Wawrinka qui reconnait avoir usé également de ce privilège : "J'ai fait cette demande pour une courte période, pour des problèmes directs avec l'arbitre. Quand un joueur fait une demande, elle doit être accordée quand l'arbitre a fait des fautes, c'est le plus important. Si c'est juste une personne qui ne convient pas ou un arbitre qu'on aime pas, cette demande ne doit pas être accordée."

Roger Federer, lui, se veut plus prudent et ne veut pas de traitement de faveur mais estime que un joueur peut faire une telle demande dans la mesure du possible : "C’est sûr que toutes les demandes ne peuvent pas être acceptées… on peut les faire, mais cela ne veut pas dire que la demande sera exaucée. Je pense que tout le monde devrait être traité de la même façon". Il explique également que les arbitres sont plus sévères sur les petits courts que sur le central : "Il est clair que sur les grand terrains, les arbitres ont beaucoup plus d'expérience et savent comment gérer la situation. Mais c'est vrai que sur un plus petit court, les arbitres sont plus stricts pour éduquer les joueurs et renforcer les règles de jeu. Alors que sur le central, on peut laisser aller un petit peu pour le bien du match."

De son côté, Novak Djokovic, lui, est contre cette pratique et estime que les arbitres sont en droit de faire des erreurs comme tout le monde : "Les arbitres de chaise sont des humains, tout le monde peut faire des erreurs. Je me souviens de certains matches où je n'étais pas très satisfait de la façon dont l'arbitre de chaise avait rendu sa décision. Mais pour ma part, je n'ai jamais formulé une telle requête. Cela ne serait pas juste vis-à-vis de ce qu'ils font."

Même son de cloche pour Maria Sharapova qui indique n'avoir "jamais eu de problèmes avec des arbitres" et n'avoir jamais eu de telle demande.