Benfica s'en rapproche

A quinze jours du choc contre le FC Porto, le Benfica Lisonne a assuré l'essentiel ce soir, à savoir les trois points. Mais que ce fût dur...

Benfica s'en rapproche
Lima, buteur sur pénalty, a mis sur la bonne voie son équipe
CS Maritimo
1 2
SL Benfica
CS Maritimo : Salin, Briguel, Igor, Rozario, Luis Olim, Rafael Miranda, Marakis (Simao, 74e), Artur (Fidelis, 82e), Suk, Heldon Ramos (Danilo, 80e), Sami.
SL Benfica: Artur, Pereira, Luisao, Garay, André Almeida, Salvio, Perez, Matic, John (Cardozo, 60e), Rodrigo (Carlos Martins, 75e), Lima (Roderick, 90e).
SCORE: 0-1 Lima (5e), 1-1 Igor (42e), 1-2 Igor CSC (72e).
ARBITRE: Manuel Mota (POR). Cartons jaunes : Rozario (4e), Igor (21e), Artur (27e), Garay (45e), Luisao (68e), Cardozo (91e).
ÈVÉNEMENTS: 29/04/2013 - 21:00 Liga Sagres de Portugal - 27e Journée Estádio dos Barreiros

A quatre journées de la fin du championnat, le Benfica Lisbonne se devait de gagner contre l'actuel dixième de la Liga ZON Sagres. Invaincu depuis le début de la saison à l'instar de son éternel rival, le FC Porto, les Lisboètes avaient l'occasion de se rapprocher encore plus d'un 33e titre avant d'affronter les Dragons dans deux semaines. Les funchaliens, quand à eux, avaient l'occasion de reprendre la 6e place à l'Estoril et ainsi revenir dans la course aux places qualificatives pour la prochaine édition de la Ligue Europa.

Et c'est chose faite pour les coéquipiers de Oscar Cardozo. Ils ont réussi à se sortir du piège de l'Estádio dos Barreiros. Au cours d'une partie indécise jusqu'au bout, c'est finalement le leader qui s'impose (1-2).

Un leader en vert et rouge ?

Durant la première mi-temps, nous avons eu une drôle d'impression. Le Maritimo Funchal qui jouait dans ses couleurs traditionnelles (vert et rouge), a dominé de la tête et des épaules un leader en manque d'inspiration offensive. En effet, les Lisboètes n'ont cadré qu'une frappe au cours des 45 premières minutes. Pourtant tout avait mal commencé pour le dixième de la Liga Portugaise. Après un début de match existant, au cours duquel les deux formations allaient d'un but à l'autre, Rozario commettait une faute sur Lima dans la surface de réparation. Ce dernier se faisait justice lui-même en marquant son 17e but en 26 rencontres. Dans la foulée, le club local obtenait un bon coup franc aux abords de la surface. Rozario s'en chargeait mais voyait son tir heurter le poteau droit d'un Artur aux abois. Durant toute la première partie du match, le Benfica laissait la possession à la formation de Pedro Martins, se contentant de procéder par contres. Les joueurs du Maritimo, plus volontaires et combatifs, commettaient cependant trop de fautes. Tandis que les deux équipes ne parvenaient pas à cadrer leurs tirs, la faute à un manque de justesse dans les dernières passes. Puis à partir de la 35e minute, nous avons eu droit à un sursaut d'orgueil des visiteurs. Trop peu néanmoins, pour contrarier l'équipe adverse qui avait le pied sur le ballon. Puis, le cafouillage de trop. A la suite de plusieurs dégagements successifs, un funchalien centra pour Igor Rossi qui repris victorieusement le ballon d'une tête plongeante. Un but mérité, tant les coéquipiers de Marakis ont dominé les débats mais aussi et surtout parce que le Benfica faisait preuve d'une suffisance surprenante que l'on avait aperçu face à Fenerbahce, jeudi dernier. 57% de possession pour le Maritimo et aucune contestation possible des adversaires.

Un réveil qui aurait pu faire très mal

Le début de la seconde période partait sur les mêmes bases que l'impression laissait durant la première mi-temps. A la différence que l'on sentait les Lisboètes plus concernés. Et dès la 50e, nous en avons eu la confirmation. Sur un contre mené à 200 à l'heure, Lima remisait pour Rodrigo qui écrasait trop sa frappe passant à quelques centimètres du montant gauche de Salin. Un avertissement sans frais pour le portier français. Mais par la suite, nous avons eu droit au show Lima. A la 53e, il voyait son tir échouait sur la transversale puis rebondir juste devant la ligne de but, à la suite d'un bon centre d'un de ses partenaires. Et à la 55e, rebelote ! Cette fois d'un extérieur du pied droit, il envoyait le ballon sur le poteau droit du gardien adverse complètement battu. A ce moment-là, on se dit que les Dieux sont avec Maritimo et que ces derniers vont jouer un mauvais coup à leur adversaire du soir. Les joueurs du Benfica sont revenus du vestiaire avec de biens meilleures intentions et ils sont récompensés à la 72e sur un centre de Salvio, dévié par le buteur du Maritimo. Igor permet à la formation de Jorge Jesus de prendre l'avantage au score qui ne bougera plus jusqu'au coup de sifflet final. Lors de la seconde période, les visiteurs se sont fait plus pressant à l'image de ce qu'avait produit la formation locale durant la première. Oscar Cardozo aurait même pu obtenir un pénalty à la 76e après un tacle un peu rigueux d'un défenseur. Il n'en fut rien et l'attaquant paraguyen récolta même un carton jaune pour simulation de pénalty durant le temps additionnel. Rien de grave et sans conséquence pour le buteur sud-américain.

Les Lisboètes déjà tournés vers les prochaines rencontres

Le Benfica s'impose donc dans la douleur sur l'île de Madère en match en retard de la 27e journée. Ils conservent ainsi leurs quatre points d'avance sur leur dauphin ce qui pourrait leur permettre en cas de victoire le week-end prochain, de jouer le titre à l'Estadio do Dragao lors de l'avant-dernière journée. Mais sauf miracle, le club de la capitale portugaise devrait remporter son 33e titre puisque même en cas de défaite face aux Dragons, il leur suffirait de gagner face à Moreirnense lors de l'ultime journée de championnat. La rencontre d'aujourd'hui a été hâchée par de nombreuses fautes, certaines, surprenamment, accordées en faveur des visiteurs. Ce qui n'a, bien évidemment, pas été du goût du public. A noter que durant la phase aller, le Benfica s'était imposé sans détails, 4-1 à l'Estadio da Luz.

Après avoir perdu jeudi en Ligue Europa face aux Turcs de Fenerbahce, les Portugais se sont donc bien repris à l'extérieur. La défaite ne les a pas tellement déstabilisée et ils continuent ainsi leur marche en avant. Grâce à une remobilisation dans les vestiaires et à une solidarité à toutes épreuves, Jorge Jesus, l'entraîneur Lisboètes peut pousser un gros "Ouf" de soulagement. Ils peuvent désormais se concentrer sur le match retour de jeudi soir, durant lequel ils devront impérativement s'imposer s'ils veulent jouer la finale de la Ligue Europa à Amsterdam.